Coup de froid chez les runners

481752405330

Lorsque nous nous blessons, nous avons souvent le réflexe d’appliquer du froid sur le traumatisme afin d’anesthésier la douleur. Souffrant depuis plusieurs mois d’une luxation de l’orteil, j’ai profité d’un court séjour à Cabourg pour tester une séance de cryothérapie.

J’avais déjà entendu parler de cette technique qui me laissait, pour être honnête, assez perplexe (je n’avais guère envie de ressembler à un steak dans un congélateur !), mais dont on m’avait vanté les nombreuses vertus : soulagement des douleurs, diminution du temps de récupération, tonicité physique…

Qu’à cela ne tienne ! Mon âme de Beerunneuse téméraire n’a fait qu’un tour et j’ai pris rendez-vous le lendemain matin au centre de thalassothérapie de Cabourg.

Aux origines de la cryothérapie

L’utilisation du grand froid remonte à l’Antiquité : ses vertus pour soulager les douleurs n’étaient alors plus à prouver.

Il a fallu attendre les années 70 pour voir apparaître la technique de la cryothérapie corps entier au Japon, avant qu’elle ne traverse les continents et ne vienne s’installer dans les pays européens. Les scientifiques s’y sont d’abord intéressés, puis les médecins du sport.

À qui s’adresse la cryothérapie ?

La cryothérapie corps entier s’adresse aussi bien à des sportifs qu’à des personnes sujettes à des réactions inflammatoires (rhumatismes…), au stress ou encore à des troubles du sommeil.

L’objectif est de stimuler le corps de façon à déclencher des réflexes de lutte contre le froid extrême. On entraîne ainsi une augmentation et une accélération des défenses de l’organisme.

Cette pratique est bien entendu déconseillée à des personnes enceintes, souffrant d’asthme sévère, allergiques au froid…

Déroulement d’une séance

J’ai donc pris rendez-vous dans un centre de thalassothérapie : il faut prévoir un maillot de bain sec. La séance coûte 50 euros (le prix varie selon les centres).

La personne qui m’a prise en charge a vérifié que je n’avais aucune contre-indication. J’ai ensuite signé une fiche de consentement, avant de me diriger vers la cabine.

cryothérapie

Il faut bien l’avouer, le matériel est assez impressionnant, voire futuriste : je rassure tout de suite les Beerunneuses claustrophobes, on a la tête qui sort du caisson !

La cabine est équipée d’un sol mobile qui s’adapte à la hauteur de chaque utilisateur : on est debout, immergé jusqu’aux épaules avec la tête au-dessus du niveau des gaz froids, ce qui permet de respirer pleinement l’air ambiant.

cabine cryo.jpg

Après avoir ajusté le sol mobile, la séance commence : la personne qui en est en charge refroidit la cabine et est présente jusqu’au bout. Le corps est alors exposé à des températures extrêmes, allant de – 120 degrés à – 180 sur un court laps de temps (de 1 minute 30 à 3 minutes).

Vous vous interrogez bien évidemment sur les sensations ?

Cette première expérience a été assez étrange : j’étais particulièrement stressée à l’idée d’avoir froid et de ne pas le supporter. Mais la séance passe vite et il n’y a pas de sensations telles.

J’ai en revanche eu l’impression de suffoquer lors du premier palier de froid (ce qui explique que vous n’aurez pas de photos de moi à l’intérieur, une idée saugrenue qui ne m’a d’ailleurs pas traversé l’esprit !).

Ma respiration s’est ensuite régulée au fur et à mesure. Je suis sortie de la cabine au bout de 3 minutes, avec une sensation de légèreté plaisante. Je n’étais pas frigorifiée et n’ai pas eu de mal à me réadapter à la température ambiante, les sensations étaient vraiment agréables.

Petit conseil : pensez à protéger vos extrémités (doigts, orteils…) si vous êtes sensible au froid pour éviter les cloques ou les engelures.

Les bénéfices de la séance

Après avoir fait cette séance, j’ai immédiatement ressenti un certain bien-être, une sorte de légèreté et de tonicité.

Le lendemain, j’ai constaté une nette diminution de la douleur au niveau de mon orteil : la promesse de diminuer le processus inflammatoire a donc été tenue ! J’ai fait plusieurs sorties depuis et pour le moment, la douleur ne s’est pas réveillée !

J’ai l’impression que cette séance m’a redonné de l’énergie et que mes muscles sont moins en souffrance.

Si vous souhaitez avoir des précisions, n’hésitez pas à me contacter via ce blog ou sur beerunneusetrail@gmail.com

#Beerunneuse #trail #running #santé #blessure #forme #récupération

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s