Courir solidaire pour le Téléthon 2016

shutterstock_316004573.jpg

Comme chaque année, l’un des grands rendez-vous de décembre sera incontestablement le Téléthon, une manifestation qui me touche particulièrement.

Il s’agira de la trentième édition et à cette occasion, AFM-Téléthon a choisi de désigner le chanteur Garou comme ambassadeur de ses parrains.

Mais si la grande manifestation du Téléthon se déroulera les 2 et 3 décembre 2016, il est possible d’y participer en amont de multiples façons.

Bien sûr, on peut faire des dons directs sur le site dédié.

Mais mon âme et mon cœur de Beerunneuse ont été immédiatement séduits en apprenant qu’on pouvait participer à cette cause en chaussant ses baskets !

Vous voulez vous aussi y contribuer activement ?

Je vous invite à relever avec moi les deux challenges que je me suis fixés :

Le Nouveau Cross du Figaro

« Un cross ? Mon Dieu ! Je n’en ai pas couru depuis le collège ! » me suis-je dit en premier lieu.

Oui mais là, il s’agit du Téléthon ! Alors peu importe le chrono, le parcours ou tout autre paramètre : on vient courir par solidarité, pour le plaisir d’être ensemble, sans nul autre objectif.

J’ai tout de suite adhéré au concept : on court à la carte !

La course aura lieu les 26 et 27 novembre prochains.

Le concept ? Vous choisissez votre heure de départ et votre distance : 5, 10 ou 15 kilomètres, 20 pour l’élite.

Plus vous courez, plus il y a d’argent reversé à l’AFM-Téléthon : ainsi pour 5 kilomètres, 2 euros sont reversés, alors que pour 20 kilomètres – la course élite -, 5 euros sont reversés.

Allier sa passion à une noble cause, l’idée est séduisante.

Ayant un gros challenge dans les semaines à venir, j’ai opté pour le 10 kilomètres que je ferai en toute décontraction et pour le plaisir de manifester en groupe mon soutien.

Envie de chausser vos baskets pour nous rejoindre ? Je vous donne le lien : http://www.crossdufigaro.com/telethon/

Running Heroes, pour courir solidaire et connecté

Envie de plus de liberté ?

Running Heroes (www.runningheroes.com) est la première communauté de runners en France, qui compte plus de 350.000 membres et permet de participer à de nombreuses opérations solidaires. L’inscription est 100% gratuite.

Du 1er novembre au 3 décembre 2016, vous pouvez participer à la course connectée en faveur du Téléthon avec l’application Running Heroes.

http://www.afm-telethon.fr/running-heroes-6029

Comment procéder ?

  1. Connectez-vous via l’application ou votre montre GPS au site de la course connectée du Téléthon.
  2. Chaussez vos baskets pour aller courir au moins 30 kilomètres, seul ou par équipe de 4 : n’hésitez pas à partager votre engagement via les réseaux sociaux et à vous entourer d’une bande de supporters pour garder votre motivation.
  3. Relevez des challenges ! Votre engagement pourra vous rapporter des récompenses diverses : enceintes, écouteurs, tee-shirts, etc.

À vos marques ? Prêts ? Il n’y a plus qu’à relever le défi !

shutterstock_134140520.jpg

Je possède le bien le plus précieux qui soit : la santé.

Donner un peu de mon temps et de ma vitalité, en toute humilité, pour soutenir ceux qui n’ont pas cette chance me semble une évidence.

Si vous souhaitez réagir à cet article ou partager votre expérience, vous pouvez le faire via ce blog ou sur ma page Facebook Beerunneuse.

#beerunneuse #trail #trailrunning #run #runners #running #runaddict #carperunem #telethon #cross #crossdufigaro #jecourspourletelethon #sport #healthy #courseconnectee #carpediem

Anita, les dessous qui prennent le dessus

anita-coupe

Alors que le mois d’octobre rose dédié à la sensibilisation au cancer du sein vient de se terminer, il est important de rappeler combien il faut accorder d’attention à nos poitrines souvent malmenées lors de nos activités sportives.

Pratiquant le trail long et m’étant déjà élancée sur des ultras, j’ai vite pris conscience qu’un maintien parfait était essentiel, car le moindre petit détail déplaisant peut vite prendre une certaine ampleur au bout de plusieurs kilomètres : douleurs, irritations sont le lot de maintes coureuses qui ne jugent pas primordial d’avoir des dessous adaptés.

J’avais déjà consacré un article à ce sujet, lorsque j’avais acheté une brassière au Salon du running quand j’ai repris la course à pied au mois de mars :

https://beerunneuse.com/2016/04/28/les-dessous-de-brooks/

Si j’apprécie les brassières l’été sur de courtes distances, je trouve que leur maintien n’est pas toujours suffisant sur du long et j’ai parfois eu des déconvenues, notamment au niveau des bretelles qui me causaient souvent des irritations.

Et que dire de l’esthétique ? Quand on a comme moi une petite poitrine, on a vite fait de ressembler à une planche à repasser !

Je recherchais donc un modèle qui me procure un certain confort sur de longues distances, tout en mettant en valeur ma féminité.

J’ai trouvé la perle rare que j’ai testée pour vous : le modèle « Momentum » de chez Anita Active.

Anita, un succès avéré

 

 

La marque Anita n’est pas véritablement une découverte pour moi : j’avais reçu en cadeau un de leurs modèles lorsque je faisais du sport en compétition, il y a quelques années et j’ai eu l’occasion d’aller en acheter avec ma mère, dans des circonstances plus difficiles.

L’entreprise a été fondée en 1886 à Dresde par Ernst Max Helbig, l’arrière-grand-père de Georg Weber-Unger, l’actuel propriétaire. À l’époque, il s’agissait essentiellement d’une production de bretelles élastiques et de ceintures abdominales qui répondaient à un réel besoin.

Puis Mme Christine Weber-Unger va développer dans les années 70 les soutiens-gorge d’allaitement, mais aussi des vêtements et des maillots de bain spécialement adaptés pour la femme enceinte pour répondre à un réel besoin.

Quelques années plus tard, la marque développera toute une gamme pour les femmes ayant subi une opération mammaire.

Une ligne plus sportive, Anita Active viendra compléter la collection.

La philosophie de la marque ? Rien n’est plus important qu’un soutien-gorge bien adapté ! Du choix des matières jusqu’au design, tout est savamment étudié afin d’aboutir à un produit de qualité.

Résultat ? Très à l’écoute de ses clientes, la marque Anita fait aujourd’hui partie de la tête des ventes au niveau mondial !

Elle a même reçu de nombreux prix prestigieux pour certains modèles : elle a obtenu en 2011 et 2014 le Red Dot qui est considéré comme l’un des prix du design les plus renommés au monde et qui est attribué par un jury prestigieux composé d’experts internationaux.

Parmi les modèles qui ont obtenu ce prix figure celui que je vais vous présenter.

 

« Momentum », un modèle glamour et confortable

anita-momentum-soutien-gorge-5995e-panty-2695e

 

Si je n’accorde d’habitude guère d’attention en sport à l’esthétique des dessous, j’avoue avoir été immédiatement séduite par la couleur flamboyante du modèle « Momentum » : comment ne pas être motivée en portant des couleurs aussi toniques et électriques sur soi ?

Mon côté girly n’a pas résisté : en enfilant ces sous-vêtements dont la couleur s’accorde parfaitement avec ma carnation, je les ai trouvés presque sexy.

À tel point que j’estime vraiment dommage de ne devoir les porter que sous ses vêtements !

Même si je n’ai pas une poitrine plantureuse, la forme ergonomique du soutien-gorge lui donne un joli galbe.

On peut être sportive en assumant ses formes… si peu imposantes soient-elles !

Mais le point qui a retenu le plus mon attention est le confort : cela fait près de deux mois que je porte ces dessous et j’en suis entièrement satisfaite !

Je recherchais un maintien parfait et je ne suis pas déçue : la poitrine ne bouge pas, quelle que soit l’intensité de l’effort.

Grâce à un système de gestion active de la transpiration, exit les problèmes d’irritations et de frottements !

On se sent toujours au sec, même quand on transpire fortement.

L’absence de coutures à l’intérieur des bonnets contribue aussi à cette impression de bien-être.

Mais ce qui m’a surtout séduite, c’est la largeur des bretelles et leur souplesse : lors de mon premier trail long, un 58 kilomètres, j’ai énormément souffert de brûlures générées par mon Camelbag dont les bretelles frottaient sur celles de ma brassière.

Le bilan avait été assez lourd, puisque je n’avais pu porter pendant plusieurs jours mon sac en bandoulière et les croûtes formées par le frottement étaient particulièrement inesthétiques.

Depuis début septembre, j’ai fait plusieurs sorties avec le soutien-gorge « Momentum », dont une avec mon Camelbag, et je n’ai pas constaté la moindre marque ou irritation à mon retour. Je ne me suis pas non plus sentie comprimée.

Cerise sur le gâteau : le tissu est tellement technique et moule si bien la poitrine que j’en ai presque oublié que je portais des sous-vêtements ! On ressent une liberté de mouvement totale.

Comme une seconde peau !

Pari réussi quant au confort, qui se confirme quant à la qualité : après plusieurs lavages et entraînements, le vêtement n’a absolument pas bougé.

En temps normal, je n’achète pas d’ensemble de sport coordonné, n’y trouvant guère d’intérêt, mais pour la première fois, j’ai aussi craqué sur le shorty « Momentum » et je ne suis pas déçue : la matière technique et fine, l’absence de coutures et la taille assez haute, garantissent respirabilité et confort. Il sait en plus se faire discret sous les autres vêtements !

Chaque entraînement devient une réelle joie !

Je signe donc pour ce duo gagnant sur toute la ligne : je prends même tellement de plaisir à le porter que je regrette presque de le garder caché…

anita poids.jpg

Pour celles qui seraient adeptes du bleu, sachez que la marque vient de sortir un nouveau modèle : le Momentum Blue.

Brillance et couleurs métalliques sont à l’honneur chez Anita !

Avis aux Beerunneuses qui sont amatrices de couleurs, vous n’avez que l’embarras du choix !

Pour retrouver les produits de la marque Anita, rendez-vous sur http://www.anita.com/fr_global

Si vous souhaitez réagir à cet article ou que vous connaissez les produits de la marque Anita et que vous voulez donner votre avis, n’hésitez pas à le faire sur ce blog ou sur ma page Facebook Beerunneuse…

Merci !

#beerunneuse #trail #trailrunning #equipement #run #runners #running #rinaddict #carperunem #fit #fitness #sport #marathon #brassiere #soutiengorge #anita #maintien #carpediem #laviestbelle

L’Ekiden de Paris 2016, entre performance et euphorie

groupe-entier-st-ger

Un grand beau soleil, des trublions en costumes bariolés, des chants et des voix tonitruantes amplifiées par un mégaphone venues troubler le sommeil des habitants du quartier de Bir-Hakeim…

Le Carnaval avait-il investi les rues de la capitale ce dimanche 6 novembre ?

bruno.JPG

Point du tout !

Onze équipes de mon club, « Les Foulées de Saint-Germain-en-Laye », ont simplement débarqué sur le parvis de la Tour Eiffel, prêts à en découdre avec le bitume, pour participer à l’Ekiden 2016 de Paris.

filles st ger 2.JPG

Une grosse délégation de tous niveaux avec des objectifs variés : passer un moment plaisant entre amis, essayer pour certains de se dépasser, tenter une nouvelle aventure en course à pied pour d’autres.

Retour sur un événement sportif et festif…

Historique de l’Ekiden

Le relais Ekiden est une épreuve sur route très récente en Europe, puisque sa première apparition date de 1992.

Le tout premier aurait toutefois été organisé par un quotidien japonais en 1917 : il aurait duré trois jours et se serait déroulé sur 508 kilomètres entre l’ancienne capitale japonaise de Kyoto et la capitale actuelle Tokyo.

Ekiden est formé de deux caractères ou kanjis qui signifient « gare » et « transmettre », car à l’origine, ce concept remonte à un ancien système de communication : des relais-gares étaient disposés le long de la route et chaque coureur devait parcourir la distance d’une gare à une autre. Lors du relais, une écharpe en tissu, appelée tasuki, était transmise au relayeur suivant.

Aujourd’hui, l’épreuve est disputée par équipes : six coureurs se relaient sur la distance classique du marathon, soit 42,195 km. Chacun, à son tour, parcourt un kilométrage dans un ordre défini : 5 km, 10 km, 5 km, 10 km, 5 km et pour finir 7,195 km.

L’écharpe ou tasuki est souvent remplacée par un brassard en plastique.

Fun et plaisir au sein de la « Dream Team »

groupe entier ekiden.JPG

J’ai repris une licence au sein de mon ancien club à la fin du mois de septembre : ma vie de Beerunneuse ne me permettait plus depuis plus de deux ans de concilier ma vie professionnelle avec des entraînements intensifs en club, sans compter quelques soucis de santé.

J’ai délaissé les pistes, le fractionné et les séances de renforcement.

Il est difficile parfois de se motiver quand on court seule, d’autant plus quand on aime les ultra-trails et qu’on doit enchaîner les sorties longues !

Heureusement que mon voisinage compte quelques trailers fous de distance pour m’accompagner !

Mais il me manquait aussi les instants de partage avec les amis : si courir reste une activité individuelle, j’apprécie particulièrement les entraînements qui sont de véritables moments d’échanges et de détente.

Quand Michel, Stéphanie, Alain, Nans et Véronique m’ont demandé de participer à l’Ekiden de Paris avec eux, j’ai immédiatement accepté, certaine de passer un moment convivial.

Cette course a été à la hauteur de mes attentes en ce qui concerne l’ambiance : la bonne humeur communicative et l’esprit d’équipe ont été les maîtres-mots de cette matinée.

Nous ne nous sommes mis aucune pression, certains des coureurs étant blessés.

J’avoue avoir été un peu décontenancée en apprenant que je prenais un relais de 10 kilomètres : à mes débuts en club, j’ai participé à de nombreuses compétitions sur cette distance qui demande un entraînement  rigoureux… que je n’ai plus vraiment.

Mais courir au sein d’une équipe décuple la motivation : on a envie de tout donner, de se dépasser pour le groupe.

trio ekiden 2.JPG

Notre équipe a terminé cet Ekiden en trois heures et seize minutes, alors que nous avions tablé sur un objectif de trois heures trente.

Trois équipes du club se sont qualifiées pour les Championnats de France d’Ekiden, des performances que nous sommes allés fêter en masse avant de regagner nos pénates.

Mes impressions ?

Certes, tout n’a pas été parfait lors de cette épreuve : on a constaté des problèmes d’organisation – que dire des toilettes ? Leur nombre trop limité nous a valu de courir quelques centaines de mètres en plus avant de prendre le départ -, et de relais – les relayeurs, ne voyant pas leurs partenaires arriver, se mettaient au beau milieu de la route, gênant ceux qui partaient.

Mais le souvenir qu’il me reste de cette journée n’est pas lié à tous ces dysfonctionnements.

Il se résume en un mot : plaisir !

Plaisir d’avoir réintégré mon club où règne une bonne humeur communicative et de me dire que je vais pouvoir m’améliorer et retrouver de bonnes sensations, même si je suis contente de mon temps.

Plaisir de retrouver de bons copains avec lesquels je vais partager des moments intenses, mais aussi légers, des franches rigolades.

Quel bonheur d’être encouragée, portée par une équipe, par un club même, et de pouvoir soutenir chacun des coureurs à son tour !

Plaisir d’appartenir à une communauté qui partage la même passion.

Mais aussi le plaisir de me sentir vivante, heureuse, à ma place…

ekiden tee shirt.jpg

Si vous souhaitez réagir à cet article ou faire part de votre propre expérience, vous pouvez le faire sur ce blog ou sur ma page Facebook Beerunneuse.

Nos partages enrichissent nos pratiques…

#beerunneuse #trail #trailrunning #run #runners #running #runaddict #training #ekiden #ekidendeparis #paris #fit #friends #fun #pleasure #carpediem #laviestbelle