Miha Bodytec, l’électrostimulation high-tech

bon avaatr.JPG

Vous souvenez-vous de ce cliché réalisé lors du Salon du fitness, où j’avais eu l’impression de jouer une figurante au milieu de deux personnages tout droit sortis du film Avatar ?

Il faut dire que la société Miha Bodytec avait fait forte impression en attirant les sportifs sur son stand par le biais de ces deux êtres joliment peinturlurés à l’image des personnages du célèbre film.

Curieuse, j’étais moi-même allée m’intéresser à cet appareil d’électrostimulation dernière génération. J’avais alors eu droit à une séance d’adaptation pour me faire connaître le processus et les sensations.

L’occasion de faire un bond dans le futur, en enfilant ce gilet truffé d’électrodes et relié à une machine.

mouvemants dyna miha

Cette première expérience m’avait séduite.

Lorsqu’une amie m’a parlé d’un centre qui avait ouvert près de chez elle dans le Marais et qui me proposait une séance d’essai, j’ai immédiatement accepté.

Êtes-vous prêts aujourd’hui à découvrir cette expérience et à faire avec moi un véritable voyage dans le futur ?

Miha Bodytec, une machine innovante

console miha

Si la société allemande Miha Bodytec a lancé sur le marché sa machine en 2007, cela fait maintenant plus de quarante ans que l’entreprise bavaroise à l’origine de l’appareil fabrique des produits innovants pour le sport et l’industrie médicale.

Une console de la taille d’un ordinateur portable est posée sur un pied.

Pour les runners de ma génération, on est bien loin des appareils d’électrostimulation qui étaient présentés sur nos écrans TV dans les années 80 par la sculpturale Lova Moor, ou encore dans les pubs du Télé Achat : ne croyez-pas que vous allez rester tranquillement allongé(e) sur votre canapé en dégustant quelques gourmandises ou en regardant votre poste de télévision. Rien à voir non plus avec les appareils que vous avez pu côtoyer chez votre kiné pour soulager des muscles douloureux !

Cette machine sollicite absolument tous les muscles, même les plus profonds : une vraie révolution dans l’univers de l’électrostimulation !

Les muscles agonistes et antagonistes sont stimulés simultanément par des impulsions électriques. En douceur, vous agissez sur votre corps et les résultats sont apparemment rapidement visibles.

Tenez-vous bien : une séance de vingt minutes de la Miha Bodytec équivaudrait à quatre heures de sport !

Comme moi, je suis certaine que cette promesse a déjà excité votre curiosité.

Déroulement d’une séance de Miha Bodytec

mannequin miha

Vous voulez à présent en savoir plus sur le déroulement d’une séance de cette fameuse machine d’électrostimulation ?

J’avais pris rendez-vous ce vendredi pour faire une séance entière de Miha Bodytec et poser toutes mes questions : je voulais en effet savoir en quoi cette machine pouvait être complémentaire à ma pratique de traileuse.

Bon, j’avais bien une petite idée : je me rends souvent compte en finissant mes trails que mon dos est fortement sollicité. Le gainage et les exercices de renforcement musculaire m’aident quelque peu à pallier ces problèmes.

La machine a de bons résultats à ce qu’il paraît concernant cet aspect.

Petit scoop : elle améliorerait même la VMA ! Affaire à suivre…

Mais revenons à nos électrodes…

J’ai été accueillie chaleureusement par les deux coachs diplômés d’État qui officient dans la salle du Bodytec Club.

coach miha

L’endroit est sobrement décoré et propre. Deux pieds sur lesquels reposent la fameuse console de la Miha Bodytec sont disposés devant une immense glace murale.

Pour la petite anecdote, un mannequin équipé d’une veste truffée d’électrodes trône sur le trottoir, mais avec les événements des derniers jours, les forces de l’ordre ont fait comprendre qu’il serait plus judicieux de le rentrer. Il était donc à l’intérieur de la salle à mon arrivée.

Maintenant que vous avez fait connaissance avec les lieux, je vous propose de découvrir le déroulement d’une séance.

Le coach vous conduit dans un vestiaire et vous donne un tee-shirt et un corsaire très près du corps à enfiler. Idéalement, il faut être entièrement nu(e) dessous, pour permettre une meilleure conductibilité vers les muscles ciblés.

Je vous rassure, les vêtements sont noirs et on est bien vite recouverts d’un équipement positionné dessus.

Puis vous mettez une veste zippée truffée d’électrodes qui a au préalable été complètement humidifiée, afin que le courant se diffuse mieux.

gilet miha

Le coach branche ensuite les électrodes à la console et la séance peut enfin commencer.

Il choisit un programme en fonction des objectifs que vous souhaitez atteindre : raffermissement, minceur, endurance, etc.

C’est parti pour vingt minutes de bonheur !

Le coach reste à vos côtés pour réaliser les exercices et rectifier votre posture si elle n’est pas adéquate : il faut en effet préciser que contrairement aux anciennes publicités où l’on pouvait voir des starlettes manger du pop-corn sur leur canapé, tout en faisant tressauter leurs muscles, on ne reste pas statique.

Il faut exécuter des mouvements en dynamique pour renforcer l’action de la machine en fonction des objectifs recherchés.

Le coach m’a signifié qu’il existait six postures de base dans les protocoles allemands, mais qu’il est possible, si on est diplômé, d’en adapter d’autres.

J’ai même trottiné sur place à la fin de la séance pour récupérer.

Mes impressions de Beerunneuse

salon fitnes

Si j’avais déjà particulièrement apprécié ma séance d’adaptation lors du Salon du fitness, ces vingt minutes n’ont fait que confirmer mes premières impressions.

Bon, j’avoue avoir un peu de mal à supporter le contact avec la veste humidifiée au tout début de la séance, mais on l’oublie très vite, car les muscles chauffent rapidement.

Contrairement à bien des appareils qui ne font que cibler une zone, laissant parfois une sensation de picotements désagréables, je n’ai pas éprouvé de douleurs ou de gênes produites par les impulsions.

Seul petit bémol : au départ, des fourmillements dans les doigts m’ont dérangée. Mon coach m’a alors bien vite expliqué à quoi cela était dû.

Vous devez pendant la phase d’impulsions serrer vos mains l’une contre l’autre et contracter votre corps.

Une fois cette consigne intégrée dans mon petit cerveau de Bee, la séance s’est parfaitement déroulée.

J’ai trouvé les exercices variés et ai eu quelques surprises : je me suis rendu compte que mes bras manquaient totalement de force. Bon, je m’en doutais un peu à leur allure de pattes de criquet : je sais que c’est là une de mes faiblesses.

On a l’impression que les gestes sont simples à réaliser, mais un simple mouvement peut prendre de terribles proportions : une façon de nous rappeler que nos muscles travaillent !

Même chose pour les jambes ! J’ai eu l’occasion à deux reprises de trop les tendre : quand les impulsions se sont déclenchées, je n’ai plus pu les plier ! Une sensation assez troublante !

Autre effet notable : mon souffle s’est par moments accéléré. On peut donc parfaitement envisager de travailler son cardio, il ne s’agit pas d’électrostimulation passive.

Pendant la séance, le coach a réglé toutes les intensités pour que les sensations soient confortables et j’ai pu lui poser les questions qui me venaient à l’esprit. Le cours est donc bien encadré et on tient compte de vos attentes.

Si c’était à refaire ? Je réponds sans réfléchir : oui !

Je n’ai bien évidemment pas assez de recul pour me rendre compte des bénéfices d’une telle machine. Il est en plus conseillé de suivre une dizaine de séances en fonction de ses objectifs.

J’ai en tout cas eu l’impression que chaque zone de mon corps était sollicitée, sans que cela ne soit désagréable.

Cette technique d’électrostimulation peut être un compromis intéressant pour ceux et celles qui n’ont guère le temps de faire du sport : je me dis qu’une petite séance de vingt minutes sur l’heure du déjeuner se cale assez facilement.

Après les deux séances pourtant bien différentes que j’ai effectuées, j’ai eu des courbatures dans les fesses et les bras : j’en ai déduit que je ne sollicitais peut-être pas assez ces deux groupes musculaires. Il faut aussi bien s’hydrater après une telle séance.

J’ai du travail !

Les tarifs des séances de Miha Bodytec

tarifs miha

Vous vous demandez certainement à présent combien coûte une séance de Miha Bodytec ou un forfait pour pouvoir en faire plus régulièrement et espérer les résultats convoités ?

Je vous ai photographié la grille tarifaire.

Mais j’ai une bonne nouvelle : sachez que si vous appelez de la part du blog Beerunneuse, vous bénéficierez d’une réduction.

Alors, allez-vous vous aussi vous laisser tenter ?

#beerunneuse #bee #trail #trailrunning #run #running #fitness #electrostimulation #mihabodytec #bodytecclub

Le Trail de l’Auzance, quand le plaisir devient performance

interview.jpg

Certaines histoires commencent par un coup de tête et se terminent heureusement bien.

J’avais prévu de passer un petit week-end de Pâques tranquille en famille, de me reposer après une semaine sportive assez intense : entre le week-end précédent où j’avais accompagné Nans sur son marathon, les runs du soir et les séances de renforcement, je ne m’étais pas spécialement ménagée.

Mais c’est bien mal connaître une Bee : ok, je l’avoue, j’avais regardé au cas où le calendrier des courses des Pays de la Loire.

Une avait particulièrement attiré mon attention, car elle était en bord de mer. Mais il me fallait deux heures pour rejoindre le lieu de départ.

Les moments de réunions familiales sont précieux et peu nombreux, je me voyais mal annoncer que je ne serais là qu’entre le fromage et la tarte aux fraises ! Et hors de question de manquer la traditionnelle chasse aux oeufs de mon fils !

Je suis certes une addict au trail, mais mes priorités de maman l’emportent.

Ce qui est certain, c’est que je ne voulais pas reprendre un bain de foule, ayant déjà bravé le dimanche précédent mon agoraphobie lors du marathon de Paris.

J’ai donc laissé rapidement tomber le projet…

Puis il y a eu ce déclic : plutôt que d’aller courir seule comme je l’avais fait le vendredi, autant m’inscrire sur une petite course non loin de là : j’ai épluché le calendrier des courses et ai choisi le Trail de l’Auzance en Vendée.

Mon objectif ? Courir justement sans objectif et voir ce qui se passe !

Pas de montre – je l’avais d’ailleurs laissée en région parisienne, pas de pression, seulement une course à la sensation !

Un trail au coeur de la Vendée

 

trail auzance

Ayant couru une bonne partie du marathon de Paris la semaine précédente, ma seule exigence était de ne pas faire de bitume : j’avais besoin d’air, de campagne riante, de verdure, de floraisons – enfin pas trop, car floraison = pollen, donc asthme, etc.

La course avait l’air sympathique et proposait plusieurs distances, ce qui me convenait bien.

Je me suis dit le samedi soir en me couchant que j’aviserais selon l’heure de mon réveil.

Ce qu’il y a de bien en province, c’est qu’on peut s’inscrire sur un tas de courses le matin même, pas besoin de prévoir toute une logistique des semaines à l’avance.

J’étais certaine également de ne pas faire de crise d’agoraphobie : la course était limitée à 500 coureurs !

Ce trail a retenu mon attention, car des fonds sont versés aux écoles de la commune pour offrir des vacances aux enfants : une façon de se faire plaisir en participant à une noble cause.

Plusieurs parcours étaient proposés, avec peu de dénivelé, mais des terrains variés : boue, passage de gués, rivière, champs, raidillons, etc.

auzance

Bref, il y avait vraiment tout ce qu’il me fallait pour me remettre en selle cette saison !

parcours auzance

Objectif ? Prendre du plaisir !

Pour être franche, je ne voulais pas mettre le réveil dimanche matin !

L’alternative était simple : faire ce trail ou courir sur le Sentier des Douaniers à Sainte-Marie – un parcours que j’arpente souvent lors de mes vacances !

Mon objectif ? Courir et prendre du plaisir, peu importe l’endroit !

Mais en voyant qu’à 6 h 30 j’étais déjà sur le pied de guerre, j’ai décidé de prendre la route !

Après une soixantaine de kilomètres, j’atteignais enfin le départ.

J’avoue avoir longuement hésité avant de choisir ma distance : je ne sais pas si c’est le propre des Beerunneuses, mais je culpabilise souvent avant de me lancer sur des courses le dimanche matin.

C’est une journée qui se doit d’être familiale pour moi. Je ne voulais pas manquer le traditionnel rendez-vous des oeufs avec mon fils !

Alors 15 ou 24km ? Ma gourmandise de kilomètres a eu raison de moi : j’ai décidé d’avaler la deuxième distance… Vu la température, les oeufs ne fondraient pas !

Plusieurs clubs d’athlétisme de la région étaient représentés (La Roche-sur-Yon, Les Herbiers, etc.), mais il y avait comme moi quelques vacanciers de la région parisienne et des Ardennes.

En discutant avec plusieurs coureurs, je me suis vite rendu compte que les objectifs de chacun étaient différents : certains venaient se tester sur le 24 kilomètres avant de plus gros challenges, d’autres venaient courir entre amis, etc.

N’ayant pas pris de montre, je vous rassure, je ne vous ferai pas un résumé détaillé de ma course : j’ai juste lancé mon application pour collecter des points pour la famille !;-)

J’ai pris énormément de plaisir à parcourir ces sentiers communaux, dans une campagne riante.

Je me suis posé pas mal de questions en revanche : comment pouvait-il y avoir autant de boue alors que les jours précédents étaient plutôt secs ?

La réponse est vite tombée quand j’ai aperçu le cours d’eau que nous avons traversé à plusieurs endroits.

J’ai appliqué à la lettre les préceptes de mon coach trail : « On ne réfléchit pas, on fonce ! »

Adios les jolies chaussures de trail Skechers aux couleurs pimpantes que j’avais étrennées juste après le Salon du Running !

shoes avant.JPG

Je me suis transformée en runneuse « amphiBee », sautant fermement dans les passages boueux et cherchant mes appuis dans le lit glissant du cours d’eau.

Il était nettement plus difficile de distinguer la couleur initiale de mes baskets à l’arrivée : le trail implique parfois de mettre son côté girly de côté.

shoes apres.JPG

Les sentiers superbes, la végétation luxuriante, l’ambiance, tout m’a boostée, malgré un passage un peu pénible – ah ! Les joies du pollen ! – lié à une crise d’asthme.

Aussi ai-je été agréablement surprise de m’apercevoir que j’étais deuxième féminine et première V1 !

lot auzance.JPG

Un podium inattendu que j’ai véritablement apprécié : je commence véritablement à me demander si la montre n’est pas ma pire ennemie ?

Bon, quelque chose me chiffonne tout de même, et je tiens à vous en parler : outre une jolie coupe, j’ai reçu un cuiseur-vapeur « minceur »…

Vous croyez qu’il y a là un message subliminal ? D’après ce que j’ai compris, le deuxième monsieur au scratch n’a pas eu ce type de lot. Y aurait-il une forme de sexisme dans le running ? Je plaisante, bien sûr, et suis loin de vouloir lancer une polémique.

Ce lot inattendu va en tout cas pleinement satisfaire ma passion pour la cuisine healthy !

Merci à l’organisation de cette belle course et aux charmants bénévoles !

Si vous souhaitez réagir à cet article ou apporter des commentaires, n’hésitez pas à le faire via ce blog ou sur ma page Facebook !

#beerunneuse #trail #trailrunning #run #running #runners #trailaddict #gore #raidlight #oxsitis

Terre de Running, un anniversaire gainé

groupr terre de running

Ce jeudi 12 avril 2017, les « Happy birthday » ont résonné à Puteaux (92), laissant les badauds qui passaient aux alentours perplexes.

Mais quel événement a bien pu faire trembler les murs de cette petite ville des bords de Seine ?

La boutique Terre de Running fêtait sa première bougie sous la houlette de ses nouveaux propriétaires.

Plus de soixante aficionados étaient réunis pour l’occasion. Une telle invitation ne se refusant pas, j’étais également de la partie.

À anniversaire particulier, séance particulière : Momo nous avait concocté pour l’occasion un entraînement aux petits oignons, histoire de bien apprécier le morceau de gâteau que nous devions déguster par la suite.

Retour sur une soirée haute en couleurs…

Un partenaire de choix, Adidas

adidas.jpg

À Terre de Running à Puteaux, on ne fait jamais les choses à moitié : pour bien accueillir ses invités, la boutique avait prévu un testing avec la marque Adidas, l’occasion de découvrir de nouveaux modèles.

J’ai longtemps couru avec cette marque lorsque j’étais en équipe compétition, car je la trouvais dynamique et confortable.

Mais entre mon arrêt et ma reprise avec le trail, je m’y suis un peu moins intéressée.

La création de mon blog m’a permis de redécouvrir la marque qui ne manque pas d’atouts et fait des émules un peu partout.

J’avais notamment participé à une soirée entre professionnels de santé et marques, ici même à Terre de Running, où les commerciaux nous avaient expliqué les processus de fabrication de leurs chaussures. J’avais alors pu constater tous les efforts de recherches entrepris par Adidas pour nous garantir confort, technologie et dynamisme.

Pour cet anniversaire, j’ai testé la Supernova.

supernova.JPG

Je vais en premier lieu laisser parler mon côté girly : esthétiquement, je trouve ces chaussures et les coloris vraiment réussis.

Comme je le dis souvent, un testing ne donne que des premières sensations, car nous ne faisons que peu de kilomètres. Il faut donc voir sur le long terme, ou déjà sur plusieurs séances.

Mais ces running m’ont laissé de premières bonnes impressions, les sensations étaient agréables : je les ai trouvées légères, avec un amorti appréciable, et elles m’ont vraiment paru dynamiques lors des accélérations.

Adidas a combiné deux technologies pour parvenir à ce résultat : une semelle intermédiaire boost™ et une semelle extérieure STRETCHWEB souple pour une foulée rapide. À voir sur du long terme  !

Une association, « Les amis de Mikhy »

lesamisdemikhy.JPG

Deux membres de l’association « Les amis de Mikhy » étaient présents pour parler de leur action, un moment rempli d’émotion et d’espoir lors de cette soirée.

Mais laissez-moi vous les présenter…

Créée le 23 février 2012, cette association composée de bénévoles et parrainée par Hubert Auriol a pour vocation de s’engager pour le développement des soins de support pédiatriques pour les enfants atteints de tumeurs cérébrales, mais aussi pour qu’ils aient un accompagnement psychologique.

L’accent est mis sur l’importance d’accompagner les enfants dans la prise en charge de leurs douleurs.

Plusieurs actions sont mises en place chaque année afin de les aider. Je vous invite d’ailleurs à consulter leur site particulièrement fourni : http://lesamisdemikhy.org/

buff.JPG

Une séance particulièrement musclée

training.JPG

Quand on est invité à un anniversaire, il y a des incontournables : les cadeaux et le gâteau.

Rien n’a manqué à cette joyeuse soirée : quel plus beau cadeau pour cette boutique offrant une multitude de produits adaptés à nos pratiques de runners, de trailers et de triathlètes, que de voir le groupe de ses fidèles réunis pour fêter un aussi bel événement !

Près de soixante personnes étaient présentes pour entonner l’air guilleret du « Joyeux anniversaire ! ».

Mais ce n’est pas tout : Momo nous avait concocté une surprise à sa façon !

Avant de souffler la bougie, il a fallu mériter sa part de gâteau !

Nous avons dû en découdre avec les séries de squats, burpees, jumps, pompes, accélérations, etc.

Une mention spéciale au petit monsieur qui nous accompagnait à vélo et qui a bien remarqué que je faisais partie, ce soir-là, des mauvais élèves : mon accompagnement marathon m’avait un peu fatiguée, et le rythme endiablé, donné par Momo, a eu raison de mes dernières forces.

Il faut dire que notre coach sait mener de belles sessions de renforcement exigeantes.

Mais la séance, conduite comme à son habitude dans la bonne humeur, m’a fait un bien fou : nous avons bien ri avec un petit groupe de « burpees rebelles ».

La décompression fait partie de nos préparations !

gain

La récompense après l’effort

gateau.JPG

Pour clore cette belle soirée, nous avons été conviés à déguster un verre et une part de gâteau : on sait recevoir avec convivialité à Terre de Running !

C’est aussi l’occasion en général de faire de nouvelles connaissances et de partager nos courses, notre passion, nos impressions…

joanna.JPG

Nous avons notre petit rituel avec Momo : hors de question de nous quitter sans le selfie traditionnel.

selfie momo.JPG

Bon anniversaire à Terre de Running et bonne continuation jusqu’à la prochaine bougie !

Si vous souhaitez poser vos questions ou réagir à cet article, vous pouvez le faire via ce blog ou sur la page Facebook Beerunneuse.

#beerunneuse #bee #trail #trailrunning #run #running #runners #terrederunning #birthday #puteaux  #runaddict #triathlon

Neoness, le fitness sans fioritures

salle jeux neoness.JPG

Pratiquant le trail depuis plusieurs années, je me suis rapidement rendu compte qu’il était nécessaire de faire en complément du renforcement musculaire pour éviter les blessures, notamment du gainage.

Avant de commencer la course à pied, il y a six ans de cela, j’étais une adepte des salles de sport d’une enseigne connue et très représentée dans l’hexagone. Mais je déplorais le budget qu’il fallait consacrer mensuellement pour s’adonner à sa passion. Mon arrivée en région parisienne n’a fait que confirmer cette impression.

À l’occasion de la course La Parisienne, on m’a proposé de découvrir un nouveau concept de salles pour me préparer à l’épreuve : curieuse comme je suis, j’ai bien évidemment immédiatement sauté sur l’occasion.

Ces quelques séances m’ont mise en appétit et j’ai décidé de pousser l’expérience un peu plus longtemps en prévision de ma saison de trail.

Retour sur un concept en plein développement…

Faire du sport sans se ruiner…

cardio tenue neoness.jpg

Vous avez certainement remarqué les enseignes rouges en vous promenant à Paris de ces salles de sport d’un nouveau genre : ce concept low cost nous vient des Pays Bas.

L’idée est de rendre le sport accessible à tous pour se maintenir en forme sans se ruiner.

Pour y parvenir, toutes les activités extra sportives, comme le sauna et le hammam, ont été supprimées. Pas de superflu !

Pour permettre aux abonnés de gérer pour le mieux leur budget, les douches sont payantes et ont un coût dérisoire : 50 centimes. La plupart des gens préfèrent en effet se laver chez eux, alors pourquoi leur faire payer une prestation dont ils ne se servent pas forcément ?

Si l’abonnement chez Neoness est aussi peu élevé, c’est parce que l’on tient compte de tous ces petits détails : certains vont dans une salle uniquement pour utiliser les machines et ne font pas de cours collectifs. Or dans la plupart des abonnements, le coût d’un coach est inclus dans la prestation.

On a donc le choix ! Il existe un forfait de base auquel vous pouvez ajouter certaines prestations.

pas coach neoness.JPG

Autre point fort de ces salles pour nous décomplexer : ici, pas de chichis !

Vous en avez marre de la bombe blonde sculptée – ou brune, d’ailleurs ! La chanson ne dit-elle pas: « Les brunes comptent pas pour des prunes ! » – qui passe son temps à se regarder dans le miroir pour s’admirer, alors que vous, vous passez votre temps à tenter de dissimuler sous un tee-shirt ample vos bourrelets disgracieux sur le ventre et les hanches ? Vous êtes suffisamment complexée pour en rajouter ?

Chez Neoness, c’est bien simple, il n’y a pas de miroir !

miroir neoness.JPG

Un babyfoot tout au plus, un distributeur de boissons, des salles très aérées où l’on ne se sent pas confiné(e), voilà ce qui vous attend chez Neoness : le matériel est moderne et les machines sont nombreuses, on ne se dispute pas pour avoir accès à un tapis de course ou à un vélo elliptique.

Mes expériences Neoness

republique neoness.JPG

J’ai pu bénéficier d’un pass VIP pendant un mois dans toutes les salles Neoness parisiennes : comme vous vous en doutez, j’en ai profité à 200% !

J’ai essayé quatre salles : Bourse, Saint-Lazare, La Défense et République.

Comme vous pouvez le constater sur la photo précédente, ma préférence est revenue à la salle située à République, même si les autres m’ont également plu.

Je l’ai trouvée très aérée et ai toujours été très bien accueillie : n’allez pas croire qu’on vous délaissera parce qu’il n’y a pas de coach.

J’ai toujours eu des renseignements sur la salle, les machines et leur fonctionnement.

La salle est divisée en plusieurs secteurs distincts : musculation au rez-de-chaussée, cardio, cours collectifs, vestiaires et circuit training en autonomie à l’étage.

presse serviette neoness.JPG

Les machines sont variées et croyez-moi, on trouve toujours son bonheur !

J’ai apprécié, quelle que soit la salle, la propreté des lieux et le fait qu’il y ait des prises USB sur les machines – le côté pratique quand on est en déplacement toute la journée pour recharger son portable ! C’est la Bee geek qui s’exprime !

Trois pôles ont particulièrement retenu mon attention :

  • le secteur cardio : j’ai commencé chaque séance par une vingtaine de minutes de cardio (tapis de course ou vélo elliptique). Comme vous vous en doutez, je préfère courir en extérieur et redoutais de rester enfermée, à courir sur un tapis. Mais le temps passe assez vite, car tous les équipements ont été prévus : casque pour écouter de la musique, tv, etc.

salle cardio neoness.JPG

 

  • la salle de musculation : eh oui, quand on pratique le trail, il est important de renforcer certaines parties du corps. La presse est devenue ma meilleure « torturamie » lors de cette expérience, non seulement pour les jambes, mais pour les fessiers aussi. Les machines, de la marque Imprecor, sont récentes. Sur chacune est indiquée la façon de faire les exercices et les muscles sollicités.presse noeness

 

presse fessiers neoness

 

  • le circuit training : j’ai découvert ce petit circuit vraiment pratique quand on est pressée par le temps. Idéal pour celles qui veulent faire un peu de sport sur leur pause-déjeuner ! On comprend très vite le système qui est extrêmement simple et bien expliqué : pas besoin d’avoir fait Polytechnique, il suffit juste de ne pas être daltonien !

circuit express neoness

Son principe ? Il permet de travailler successivement et sans forcer, l’ensemble des groupes musculaires pour un renforcement global : cuisses, fessiers, épaules, abducteurs, triceps, adducteurs, abdominaux, pectoraux /dos. Il est ultra simple et ludique à utiliser !

Une borne lumineuse composée de quatre couleurs nous guide pour l’exécution des exercices : selon les salles, on utilise 6 ou 8 machines. En 15 à 20 minutes, sans vous en rendre vraiment compte, vous avez effectué un circuit complet, efficace pour votre silhouette.

circuit neoness

Bien sûr, on peut faire appel à des coachs si besoin. Mais on peut aussi venir en totale liberté, ce qui peut être appréciable lorsqu’on a peu de temps ou qu’on veut être tranquille, tout simplement.

J’ai également testé quelques cours collectifs.

Attention, ce n’est pas parce que les abonnements sont moins élevés que les cours sont de moins bonne qualité ! Ils sont encadrés par des professionnels diplômés d’État !

La palette est même extrêmement variée : Neoness propose des cours classiques (abdos-fessiers, body pump, etc.) et d’autres plus en vogue, comme la zumba, les Boot Camp, etc.

Que vous soyez débutant(e) ou confirmé(e), vous ne pouvez que trouver votre bonheur parmi le large choix proposé entre toutes les salles.

J’ai particulièrement apprécié la disponibilité des professeurs, le fait d’avoir de l’espace et de ne pas subir de cours surpeuplés !

prsse cuisses neoness.JPG

Alors, envie de tenter l’aventure Neoness ?

Je vous invite à consulter leur site dès à présent pour trouver la formule et les cours qui vous conviennent : http://www.neoness-forme.com/

Si vous souhaitez partager votre expérience ou me poser des questions, n’hésitez pas à le faire via le blog ou sur ma page Facebook Beerunneuse. J’y répondrai avec plaisir !

#beerunneuse #trail #trailrunning #run #running #fit #fitness #neoness #sport #renforcementmusculaire #training

Résultats du jeu-concours « Mon cahier Trail-Running »

trail running

Le trail intrigue et fait des émules.

Vous êtes nombreux à avoir participé à mon jeu-concours pour remporter « Mon cahier Trail-Running »  de Florence Heimburger aux éditions Solar, afin de découvrir de précieux conseils et des astuces pour vous lancer dans la belle aventure du trail.

J’ai pour ma part pris énormément de plaisir à lire vos commentaires et vos arguments.

Mais je ne vais pas me lancer dans d’interminables tirades, car je pense que vous êtes pressés de connaître les noms des cinq gagnants…

Qui sait, peut-être allez-vous voir le vôtre…

Les cinq gagnants sont :

  • Sabah Ghodbane
  • Cec Bcl
  • Au Pays d’Emma
  • Sichen Wang
  • Valéry Jallas

Pour recevoir votre livre, laissez-moi vos coordonnées (nom, prénom et adresse) en message privé.

Je vous souhaite une excellente lecture !

Merci à tous pour votre participation et suivez bien le blog ou ma page Facebook, je vous prépare sous peu un nouveau jeu !