Le Trail de l’Auzance, quand le plaisir devient performance

interview.jpg

Certaines histoires commencent par un coup de tête et se terminent heureusement bien.

J’avais prévu de passer un petit week-end de Pâques tranquille en famille, de me reposer après une semaine sportive assez intense : entre le week-end précédent où j’avais accompagné Nans sur son marathon, les runs du soir et les séances de renforcement, je ne m’étais pas spécialement ménagée.

Mais c’est bien mal connaître une Bee : ok, je l’avoue, j’avais regardé au cas où le calendrier des courses des Pays de la Loire.

Une avait particulièrement attiré mon attention, car elle était en bord de mer. Mais il me fallait deux heures pour rejoindre le lieu de départ.

Les moments de réunions familiales sont précieux et peu nombreux, je me voyais mal annoncer que je ne serais là qu’entre le fromage et la tarte aux fraises ! Et hors de question de manquer la traditionnelle chasse aux oeufs de mon fils !

Je suis certes une addict au trail, mais mes priorités de maman l’emportent.

Ce qui est certain, c’est que je ne voulais pas reprendre un bain de foule, ayant déjà bravé le dimanche précédent mon agoraphobie lors du marathon de Paris.

J’ai donc laissé rapidement tomber le projet…

Puis il y a eu ce déclic : plutôt que d’aller courir seule comme je l’avais fait le vendredi, autant m’inscrire sur une petite course non loin de là : j’ai épluché le calendrier des courses et ai choisi le Trail de l’Auzance en Vendée.

Mon objectif ? Courir justement sans objectif et voir ce qui se passe !

Pas de montre – je l’avais d’ailleurs laissée en région parisienne, pas de pression, seulement une course à la sensation !

Un trail au coeur de la Vendée

 

trail auzance

Ayant couru une bonne partie du marathon de Paris la semaine précédente, ma seule exigence était de ne pas faire de bitume : j’avais besoin d’air, de campagne riante, de verdure, de floraisons – enfin pas trop, car floraison = pollen, donc asthme, etc.

La course avait l’air sympathique et proposait plusieurs distances, ce qui me convenait bien.

Je me suis dit le samedi soir en me couchant que j’aviserais selon l’heure de mon réveil.

Ce qu’il y a de bien en province, c’est qu’on peut s’inscrire sur un tas de courses le matin même, pas besoin de prévoir toute une logistique des semaines à l’avance.

J’étais certaine également de ne pas faire de crise d’agoraphobie : la course était limitée à 500 coureurs !

Ce trail a retenu mon attention, car des fonds sont versés aux écoles de la commune pour offrir des vacances aux enfants : une façon de se faire plaisir en participant à une noble cause.

Plusieurs parcours étaient proposés, avec peu de dénivelé, mais des terrains variés : boue, passage de gués, rivière, champs, raidillons, etc.

auzance

Bref, il y avait vraiment tout ce qu’il me fallait pour me remettre en selle cette saison !

parcours auzance

Objectif ? Prendre du plaisir !

Pour être franche, je ne voulais pas mettre le réveil dimanche matin !

L’alternative était simple : faire ce trail ou courir sur le Sentier des Douaniers à Sainte-Marie – un parcours que j’arpente souvent lors de mes vacances !

Mon objectif ? Courir et prendre du plaisir, peu importe l’endroit !

Mais en voyant qu’à 6 h 30 j’étais déjà sur le pied de guerre, j’ai décidé de prendre la route !

Après une soixantaine de kilomètres, j’atteignais enfin le départ.

J’avoue avoir longuement hésité avant de choisir ma distance : je ne sais pas si c’est le propre des Beerunneuses, mais je culpabilise souvent avant de me lancer sur des courses le dimanche matin.

C’est une journée qui se doit d’être familiale pour moi. Je ne voulais pas manquer le traditionnel rendez-vous des oeufs avec mon fils !

Alors 15 ou 24km ? Ma gourmandise de kilomètres a eu raison de moi : j’ai décidé d’avaler la deuxième distance… Vu la température, les oeufs ne fondraient pas !

Plusieurs clubs d’athlétisme de la région étaient représentés (La Roche-sur-Yon, Les Herbiers, etc.), mais il y avait comme moi quelques vacanciers de la région parisienne et des Ardennes.

En discutant avec plusieurs coureurs, je me suis vite rendu compte que les objectifs de chacun étaient différents : certains venaient se tester sur le 24 kilomètres avant de plus gros challenges, d’autres venaient courir entre amis, etc.

N’ayant pas pris de montre, je vous rassure, je ne vous ferai pas un résumé détaillé de ma course : j’ai juste lancé mon application pour collecter des points pour la famille !;-)

J’ai pris énormément de plaisir à parcourir ces sentiers communaux, dans une campagne riante.

Je me suis posé pas mal de questions en revanche : comment pouvait-il y avoir autant de boue alors que les jours précédents étaient plutôt secs ?

La réponse est vite tombée quand j’ai aperçu le cours d’eau que nous avons traversé à plusieurs endroits.

J’ai appliqué à la lettre les préceptes de mon coach trail : « On ne réfléchit pas, on fonce ! »

Adios les jolies chaussures de trail Skechers aux couleurs pimpantes que j’avais étrennées juste après le Salon du Running !

shoes avant.JPG

Je me suis transformée en runneuse « amphiBee », sautant fermement dans les passages boueux et cherchant mes appuis dans le lit glissant du cours d’eau.

Il était nettement plus difficile de distinguer la couleur initiale de mes baskets à l’arrivée : le trail implique parfois de mettre son côté girly de côté.

shoes apres.JPG

Les sentiers superbes, la végétation luxuriante, l’ambiance, tout m’a boostée, malgré un passage un peu pénible – ah ! Les joies du pollen ! – lié à une crise d’asthme.

Aussi ai-je été agréablement surprise de m’apercevoir que j’étais deuxième féminine et première V1 !

lot auzance.JPG

Un podium inattendu que j’ai véritablement apprécié : je commence véritablement à me demander si la montre n’est pas ma pire ennemie ?

Bon, quelque chose me chiffonne tout de même, et je tiens à vous en parler : outre une jolie coupe, j’ai reçu un cuiseur-vapeur « minceur »…

Vous croyez qu’il y a là un message subliminal ? D’après ce que j’ai compris, le deuxième monsieur au scratch n’a pas eu ce type de lot. Y aurait-il une forme de sexisme dans le running ? Je plaisante, bien sûr, et suis loin de vouloir lancer une polémique.

Ce lot inattendu va en tout cas pleinement satisfaire ma passion pour la cuisine healthy !

Merci à l’organisation de cette belle course et aux charmants bénévoles !

Si vous souhaitez réagir à cet article ou apporter des commentaires, n’hésitez pas à le faire via ce blog ou sur ma page Facebook !

#beerunneuse #trail #trailrunning #run #running #runners #trailaddict #gore #raidlight #oxsitis

2 réflexions sur “Le Trail de l’Auzance, quand le plaisir devient performance

  1. Berthier Gianibye 18 avril 2017 / 14 h 33 min

    Bravo Christelle 👏🏻 Tu es épatante, un pur bonheur de te suivre à travers tes récits 👍🏻🙏
    J’aime bien le Trail et tu donnés envie de suivre des sentiers dans la nature 🏃😍

    Aimé par 1 personne

    • beerunneuse 18 avril 2017 / 14 h 38 min

      Merci ma belle, tu ne peux me faire plus beau compliment.😉😘

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s