Le défi estival de la Bee. Part IV : mes coups de coeur nutrition

 

mulebar

Certains parmi vous ont été surpris de ne pas voir mon coup de coeur du mois de juin.

Pas de panique !

Il n’y en a pas eu un, mais deux, concernant un domaine qui me tient à coeur : la nutrition.

C’est à mon avis un point essentiel en trail, qu’il ne faut absolument pas négliger : il fait partie intégrante de la préparation.

Inutile de vous rappeler que j’aime les choses naturelles et qu’en bonne Bee que je suis, je presse régulièrement mes jus verts. Même si j’essaye d’avoir une ligne de conduite healthy, je suis aussi une épicurienne et aime les plaisirs de la vie.

Lors d’une course, hors de question pour moi de m’alimenter avec des produits riches en colorants, chimiques, etc.

J’ai déjà eu plusieurs déconvenues, dont une tordante qui m’a fait atterrir dans le camion des pompiers – j’aurais préféré les rencontrer en d’autres circonstances : un gel qui m’a tordu les boyaux sur un semi-marathon et a été la cause de mon premier abandon.

Depuis plusieurs semaines, en plus des fruits secs et des graines dont je suis coutumière, je teste des produits qui me permettront de m’alimenter facilement et de tenir le choc lorsque je serai sur l’UT4M, un genre de carburant si vous préférez.

Deux d’entre eux ont particulièrement retenu mon attention : les barres Mulebar et le nouveau Pain du Montagnard.

Mulebar, énergie et gourmandise

chaussettes france 4.JPG

Certaines rencontres sont parfois improbables : imaginez une Bee invitée à une commission running, dans laquelle elle défend ailes et dard sa volonté et sa détermination de s’alimenter le plus naturellement possible sur ses courses.

Ayant déjà fait des ultras, elle sait qu’elle a la capacité de tenir le rythme et la distance en ingérant des fruits secs, des graines et des amandes.

Or dans cette commission se trouve un invité qui lui lance un défi :

« Goûtez mes produits et vous allez changer d’avis. »

Je tiens à vous avertir, le dialogue qui suit va vous paraître improbable.

« Cela m’étonnerait, répond la Bee, je suis une vraie tête de mule en matière de nutrition.

— Cela tombe bien, répond l’invité, je suis le directeur de la société Mulebar ! »

Quelques jours plus tard, j’essayais les fameuses barres et n’ai pas été déçue.

Une société avec une histoire

Mon métier d’écrivain conseil me rend sensible aux histoires des entreprises et celle de Mulebar est éloquente : elle commence en 2002, aux confins de la Cordillère des Andes, en Amérique du Sud.

Il faut croire qu’il n’y a pas que les Beerunneuses qui sont adeptes de naturel, car cette année-là, deux sportifs passionnés d’aventure, Alex et Jimmy, font l’ascension de l’Aconcagua, une montagne de 6962 mètres.

Une telle prouesse nécessite bien évidemment un maximum d’énergie : mais les deux hommes ne trouvent pas leur compte sur le marché des produits énergétiques.

Ceux qui sont proposés ne sont pas entièrement naturels, ou ne sont selon eux pas efficaces. Quant au côté gourmand…

Ils décident alors de se lancer dans une nouvelle aventure : créer leur propre gamme de produits naturels.

L’idée séduit et mus par leurs fans, Alex et Jimmy commercialisent leurs produits en 2007.

Puis deux Français, Denis Gargaud et Grégoire Dandres, décident alors en 2015 de faire connaître ces produits dans l’hexagone : un véritable succès auprès des adeptes de produits 100% naturels et gourmands !

40 grammes d’ingrédients bio et issus du commerce équitable

barre-energetique-mulebar-strudel-40g-600x540

Vous vous demandez certainement ce qui fait le succès de ces barres ?

Elles ont une forte valeur nutritionnelle !

Leurs ingrédients sont de qualité, souvent avec un faible indice glycémique : on y trouve notamment du sirop d’agave, de l’amande, de l’amarante, de la cannelle, de la pomme, etc.

Un apport en énergie très intéressant !

Leur plus ? Leur goût ! Elles sont particulièrement gourmandes.

Je les ai amenées sur mes courses, mes sorties longues ou lors de mon week-end choc et ai apprécié ce côté.

Elles sont faciles à mâcher et je les ai consommées un peu comme des récompenses, après un fort dénivelé, ou à la fin d’une difficulté.

Un moment presque privilégié !

Elles se déclinent en 9 goûts.

Mon préféré ? J’ai particulièrement apprécié « l’appel strudel », mais le « mango tango », très exotique, a aussi su ravir mes papilles.

Pour tout vous dire, j’ai aimé chacun des différents parfums, certainement le côté gourmand de la Bee qui parle.

Gels et barres de récupération

refuel-barre-mulebar-amande-chocolat-600x540

J’avais reçu également des gels à tester, avec des composants naturels.

Sont-ce mes mésaventures qui m’ont laissé un traumatisme ? Je ne les ai pas encore testés, mais promis, je ferai un effort sur une prochaine sortie longue et vous tiendrai au courant.

En revanche, j’ai testé une barre de récupération délicieuse, la « Refuel amande chocolat »: un pur plaisir après l’effort !

Riches en protéines – 21% – et en amandes, ces barres de récupération permettent de reconstituer les fibres musculaires abîmées pendant l’effort.

Un réconfort qui fait du bien à notre corps et à nos petites jambes fatiguées, que demander de plus ?

À savoir : la marque fournit sur son site un genre de mode d’emploi pour bien utiliser ses produits, très utile quand on a peur de ne pas bien s’alimenter sur une course !

Du nouveau chez Le Pain du Montagnard

pain montagnard

Peut-être avez-vous déjà aperçu ce stand sur l’une de vos courses et avez-vous eu l’occasion de bavarder avec le sympathique Thierry Pasquier, concepteur du fameux Pain du Montagnard ?

Je vous avais présenté dans un précédent article – cliquez sur ce lien – ce produit qui m’avait séduite : un délicieux pain à base de fruits séchés, très énergétique, idéal pour fournir le carburant nécessité par notre corps lors de nos courses.

 Eh bien j’ai une excellente nouvelle pour vous, amis Beerunneurs et Beerunneuses : j’ai rencontré Thierry sur le village de la course Les Gendarmes et les Voleurs de temps et il m’a annoncé qu’il venait de sortir une nouvelle recette.

pain montagnard.JPG2.jpg

Mue par mon insatiable curiosité, j’ai alors dégusté un morceau de ce fabuleux nouveau pain.

Sa composition ? Toujours une douzaine de fruits secs, du miel d’acacia, de la cannelle et du gingembre, mais Thierry a eu l’idée d’ajouter du sel rose de l’Himalya – le sel est recommandé sur les courses longues – et de la spiruline, une algue dont les vertus antioxydantes et pour réduire la fatigue sont connues.

Vous connaissez mon intérêt pour cette petite algue bleue que je consomme tous les jours à jeun ou dans mes jus.

Un véritable concentré d’énergie !

J’ai eu l’occasion de tester ce nouveau pain lors de ma course à Ambazac et lors de mon week-end choc pour préparer l’UT4M : du pur plaisir !

Facile à mastiquer, il est vraiment délicieux.

Je m’en coupe des petits carrés pour des soucis pratiques et en prend régulièrement un morceau toutes les heures : il me revigore et me procure énormément de plaisir quant à son goût et sa texture.

Il fait partie de mes incontournables sur les courses longues.

Son plus ? Il peut se conserver pendant 6 mois, mais si vous êtes gourmand, il risque d’être fini bien avant.

À découvrir absolument !

 

Si vous souhaitez réagir à cet article ou faire part de votre propre expérience, de vos coups de coeur nutrition sur les courses, n’hésitez pas à laisser un commentaire sur ce blog ou sur ma page Facebook Beerunneuse.

Nos partages font notre richesse…

 

 

 

Une réflexion sur “Le défi estival de la Bee. Part IV : mes coups de coeur nutrition

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s