Une Bee au Half Marathon des Sables. Chapter 3 : dans le silence de la nuit…

départ 22

Prêts pour embarquer sur la deuxième étape de cette belle aventure canarienne ?

Bouclez vos ceintures, je vous emmène sur les traces d’une Bee plus déterminée que jamais !

Je ne vais pas me la raconter en vous disant que j’ai abordé cette étape longue sereinement : après quelques heures de repos l’après-midi, une discussion avec les copains sur le bivouac, de nouvelles rencontres et un repas fortement apprécié – comme il a été difficile de faire du feu avec nos pastilles Esbit à cause du vent ! – je me suis juste sentie mieux.

Ma plus grande crainte était d’avoir les classiques courbatures post course de la première étape : en prévention, j’avais pris un gel cryo et du baume du tigre avec lequel je m’étais massée.

Je craignais les 70 kilomètres annoncés après l’étape de 30 kilomètres – course et marche cumulées – de la veille, surtout le dénivelé et la nature du terrain.

Croyez-moi, nous n’avons pas été déçus : j’ai eu l’impression de vivre en une étape un condensé de tous les trails que j’avais pu faire ces derniers temps…

Un road book qui annonce la couleur

Initiation natation et fitness (15)

Après une nuit un peu plus calme – les rafales de vent étaient moins fortes – et un soupçon de sommeil, je me suis réveillée déterminée à affronter cette étape tant redoutée.

On nous avait conseillés la veille d’essayer de faire ce challenge en binômes, certains passages étant assez compliqués, mais surtout parce qu’une partie de la course s’effectue de nuit : la barrière horaire était de 25 heures, il fallait donc gérer le repas du soir et éventuellement songer à une pause récupération.

Dormir en plein milieu d’immensités de sable balayées par le vent ne m’enchantait guère, je préférais encore retrouver ma tente qui me paraissait alors être un palais doré !

Avec Mathilde, nous avons décidé de faire l’étape ensemble et de marcher pendant une bonne partie du trajet.

Après notre cheminement quotidien de près de trois kilomètres pour rejoindre les bus, nous avons reçu notre nouveau road book qui a conforté nos choix : nous avons découvert avec stupeur qu’il y aurait près de 1900 mètres de dénivelé et qu’un passage se ferait sur une chaîne de crêtes.

J’ai oublié de vous dire que nous avons pris chaque jour le départ à l’heure où le soleil tape le plus fort, soit entre onze heures et midi : un paramètre qui explique aussi la difficulté des étapes, les déshydratations et parfois les perfusions.

Ce jour-là, certains ont eu la chance d’apercevoir des robinets d’eau sur le chemin et en ont généreusement profité, mais il fallait faire partie des chanceux, car l’organisation qui n’avait pas pensé qu’une horde de coureurs verraient la tuyauterie miraculeuse et en profiteraient pour abondamment s’arroser, a vite fait fermer les conduits porteurs de fraîcheur.

J’ai fait partie des heureux élus et ai généreusement mouillé ma chevelure pour me rafraîchir en attendant le départ…

Un parcours avec des terrains variés

falaises.jpg

Oueds, falaises, tunnels, monts et dunes se sont succédé tout au long de cette étape…

Une véritable balade touristique si l’effort physique n’était pas aussi intense !

Nous avons décidé avec Mathilde de mettre en place une stratégie afin d’arriver au bout de cette interminable étape : la première partie était une succession de collines sablonneuses en plein soleil, il nous a semblé préférable de marcher un maximum pour s’économiser avant d’aborder les monts et les crêtes.

La chaleur tombe vers 17h30 sur l’île et il nous paraissait judicieux de courir plutôt à ce moment là.

Mention spéciale à un horrible tunnel assez long dans lequel il a fallu allumer nos frontales : j’ai eu une énorme frayeur, car nous avancions le dos courbé et en me redressant, j’ai senti une chose gluante sur mes cheveux.

Nous avons préféré ne pas savoir de quoi il s’agissait, même si nous avons aperçu des formes collées sur le plafond.

Nous avions également prévu de franchir le CP4 avant la nuit dans le meilleur des cas, car la chaîne de crêtes s’étendait entre le CP3 et 4 : nous avions un peu d’appréhension à l’idée de gravir les collines pierreuses de nuit.

sommet d'un champ de sable.jpg

Nous avons réussi cet objectif fort heureusement, car les sentiers étaient plutôt escarpés à certains endroits, voire périlleux.

Portée par mon envie d’en finir avant la nuit avec ces monts, j’en ai oublié mon vertige et le dénivelé.

Une Bee déterminée en oublie ses phobies !

Nous avons traversé de somptueux paysages pendant la journée, dont des falaises majestueuses qui se détachaient au bord d’une mer turquoise.

Un pur plaisir visuel !

Une Bee sous la nuit étoilée

L’organisation avait demandé à chaque coureur d’allumer sa frontale et de fixer des bâtonnets lumineux sur le sac à partir de 19h30, sous peine de pénalités.

Nous étions au sommet du dernier mont à ce moment là, nous avons donc effectué toute la descente dans une semi-obscurité.

Le CP4 a enfin pointé le bout de son nez…

La difficulté sur une étape longue est de gérer l’alimentation : je ne mange jamais beaucoup sur les courses, mais pour avoir suffisamment d’énergie pour aborder la nuit, une pause repas était nécessaire.

J’ai dégusté le meilleur taboulé lyophilisé au monde !

Certes, je n’ai pas pris le temps de le réhydrater complètement – les petits pois étaient encore croquants – mais je l’ai savouré jusqu’au dernier grain.

Après une vingtaine de minutes, nous avons repris la route, fermement décidées à arriver le plus vite possible.

Quelques passages nous ont un peu effrayées : la traversée d’une route avec des voitures qui arrivaient assez vite, l’entrée d’une ville où des épouvantails squelettiques trônaient sur des vélos, des brouettes et autres objets, nous avons longé une falaise et n’arrivions pas à estimer sa hauteur en entendant le bruit des vagues qui se fracassaient contre les parois.

Petit épisode mémorable : une pause pipi derrière un rocher d’où est sorti un crabe !

A-t-il été ébouillanté ? J’ai vite détalé sans attendre la réponse…

La toute dernière partie dans les dunes nous a semblé interminable : nous apercevions le bivouac au loin et quand nous avions l’impression de l’atteindre, il s’éloignait de plus en plus. Illusion d’optique ?

Nous avons franchi main dans la main la ligne d’arrivée à 1h15 du matin, éreintées mais heureuses d’avoir atteint notre objectif…

Mes impressions de Bee

bivouac matin

Dire que cette étape a été une partie de plaisir serait prétentieux : elle a été source d’abandon pour un certain nombre de coureurs.

Mais j’ai néanmoins apprécié sa diversité, son côté technique qui la rendait particulièrement exigeante.

Vous connaissez mon goût pour les courses de nuit, alors bien sûr, j’ai été comblée : courir sous les étoiles a un charme particulier, j’aime ce silence, cette ambiance singulière…

Dans un désert, c’est encore une autre dimension, rien à voir avec l’esprit d’une Saintélyon où l’on n’est jamais seule, ou d’un trail de nuit classique.

J’ai aussi apprécié les diverses rencontres tout au long du parcours : nous avons échangé sur nos vies avec un coureur français, refait le monde avec un duo d’Anglais, ri en traversant un genre de forêt de buissons avec un groupe…

La magie du trail a une nouvelle fois opéré chez la Bee et ces images fortes sont celles qui resteront ancrées dans ma mémoire, bien au-delà de la fatigue que j’ai pu ressentir…

Cette fameuse nuit, après notre arrivée, je n’ai pas eu l’envie de faire des chichis de toilette ou autres : j’ai directement plongé dans mon duvet sans chercher à attendre le marchand de sable qui était d’ailleurs certainement passé depuis belle lurette…

Si vous souhaitez réagir à cet article, n’hésitez pas à laisser un commentaire sur ce blog ou via mes pages Facebook et Instagram Beerunneuse.

Je vous donne très vite rendez-vous pour la suite…

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s