Une Bee au Half Marathon des Sables. Chapter 5 : l’ultime étape…

départ roadbook.jpg

C’est avec beaucoup de nostalgie que je me suis réveillée sur le bivouac le matin de la dernière étape : l’aventure allait bientôt prendre fin.

Même si je n’avais étrangement plus aucun doute sur son issue, j’étais partagée entre le désir d’en découdre et celui de poursuivre quelque temps le périple.

J’ai apprécié chaque minute de sérénité dans ces immenses étendues et mon esprit a vagabondé ce matin-là sur les dunes silencieuses, comme pour les imprimer dans mes souvenirs.

L’appel du désert, vous y croyez ?

Mais pour l’heure, il n’y avait pas de temps à perdre sur le bivouac : outre nos rations d’eau à préparer, il nous fallait démonter notre tente, ce qui n’a pas été une mince affaire pour une Bee empotée. Comment rentrer une immense toile humide et ensablée dans un tout petit sac de rien du tout ?

Un tour de passe-passe plus loin – et surtout avec l’aide de Mathilde ! – l’affaire était dans le sac !

Nous avons donc emprunté le sentier quotidien de trois kilomètres qui nous menait jusqu’au poste où nous étaient délivrés les précieux roadbooks, laissant derrière nous un amas de sacs contenant les vestiges de nos dernières demeures…

Un dernier challenge d’envergure nous attendait…

Une étape variée

Carte-Etape-3-FR_1

Nous sommes arrivés à la table des roadbooks avec un peu d’appréhension : les étapes précédentes avaient eu leur lot de surprises, alors nous nous attendions à un parcours aux petits oignons.

Nous n’avons pas été déçus !

Ne jamais se fier à la distance sur ce type de courses : il ne s’agit absolument pas de challenges sur route – je pense en voyant les commentaires de certains coureurs sur la vitesse des concurrents qu’ils n’ont absolument pas conscience de la difficulté du parcours – mais de terrains variés avec du dénivelé !

Ajoutez à cela la chaleur et le poids d’un sac à dos…

L’étape était composée de pistes confortables de sable, mais aussi d’ascensions et de passages dans le lit d’oueds.

Mais la principale difficulté, en ce qui concerne les terrains, résidait dans la traversée d’un champ de pierres volcaniques, « Malpaís » (terrain de laves solidifiées).

Une partie particulièrement technique !

La dernière portion nous menait jusqu’à une crête, avant de redescendre, par un sentier un peu technique, vers la plage de l’hôtel Las Playitas où trônait l’arche de l’arrivée…

Quand la Bee déploie ses ailes…

Christelle MDS WEB (3).JPG

Que s’est-il passé lors de cette étape ?

Était-ce le fait de sentir que l’écurie était proche ? Les bienfaits de la méditation en pleine conscience que je parviens à mettre en place de plus en plus facilement lorsque je suis sur des compétitions ?

Il faisait pourtant particulièrement chaud pendant cette étape dont nous avons pris le départ tard.

Mais les jambes de la Bee se sont emballées, mon esprit s’est détaché de mon corps, oubliant la fatigue et les souffrances, pour ne se concentrer que sur le plaisir de l’instant.

Je n’ai pas honte de le dire, j’ai vécu une étape avec deux cents pour cent de plaisir !

Bien des gens m’ont d’ailleurs fait remarquer ma vitesse et ce sourire qui ne m’a pas quitté : j’ai couru quasiment toute l’étape, sauf dans le lit d’un oued où le soleil dardait fortement ses rayons.

malpais.JPG

Contrairement à bien des coureurs, la traversée de Malpais ne m’a pas paru difficile : une nouvelle occasion de me rendre compte que mes Skechers Gotrail, pourtant bien abîmées lors de l’UT4M, me convenaient parfaitement.

Je n’ai pas été gênée par le relief des cailloux sous ma voûte plantaire, sensation qu’ont éprouvée maints coureurs.

Mention spéciale à deux passages du parcours : celui du Gran Tarajal où bien des gens nous ont encouragés et où une jeune bénévole déjantée avec une frimousse rouge dansait au milieu de la rue – quelle pêche ! – et la descente vers la plage de Las Playitas : malgré le sentier technique, je ne contrôlais plus mes jambes, et les encouragements d’amis photographes et de coureurs rencontrés sur le bivouac m’ont portée jusqu’à l’arche de l’arrivée.

Une arrivée mémorable

arrivée hmds

Que d’émotion en franchissant la ligne d’arrivée de cette première édition du Half Marathon des Sables de Fuerteventura !

Non, je n’ai pas fondu en larmes – du moins pas lors de mon arrivée ! – en franchissant la ligne, après avoir traversé l’immense plage de Las Playitas.

Quel honneur d’être embrassée par l’organisateur même de la course, le pétillant Patrick Bauer !

Bon, j’avoue avoir été un peu gênée, car après quatre jours de bivouac, bien que j’aie essayé de faire un brin de toilette avec des fonds de bidons, on ne peut pas dire que je sentais la rose !

Mais il était hors de question de refuser ces embrassades et de ne pas vibrer dans la bonne humeur de cette première édition réussie : c’était un peu comme marquer l’histoire de cette nouvelle épreuve du Marathon des Sables.

L’arrivée de Mathilde, en revanche, a suscité une émotion bien singulière : nous avons littéralement fondu en larmes en nous serrant dans les bras l’une de l’autre, ravies du chemin accompli, du partage et des échanges vécus lors de la deuxième étape et sur le bivouac, de notre amitié naissante grâce à ce beau challenge.

Aucun mot ne pourrait résumer la joie et le bonheur éprouvés !

Après avoir immortalisé cette arrivée par quelques clichés, nous avons remis un pied dans la civilisation…

Confort et crustacés

À votre avis, quel a bien pu être le moteur de la Bee pour arriver aussi vite sur cette dernière étape ?

La perspective d’une bonne douche, bien sûr !

J’ai bien cru que l’île de Fuerteventura allait être en pénurie d’eau tant nous avons profité des délices du précieux liquide sur nos peaux salées et brûlées !

Mais le bonheur suprême a été de loin le shampooing : j’avais pris l’option queue de cheval pendant quatre jours, pensant que ce serait la coiffure la plus adéquate pour supporter mes cheveux graissés et sales.

Les quelques rinçages avec des fonds de bidons n’avaient été que rafraîchissants.

Pouvoir retrouver une crinière propre et la dompter m’a semblé un luxe incommensurable.

Quant à enfiler des vêtements qui sentent bon la lessive…

J’ai un petit aveu à vous faire : la dernière nuit de la course est normalement prévue sur un bivouac aménagé sur les parterres de l’hôtel.

Mais nous sommes plusieurs à avoir préféré ne pas affronter une nuit de plus la condensation et les rafales de vent sous la tente…

Bref, nous avons pris l’option Appart Hôtel.

Une soirée de gala avec remise des prix, suivie d’un buffet gargantuesque, venait clore cette aventure mémorable…

Inutile de vous dire que les plats lyophilisés ne rentraient pas dans le Top 5 Gourmet des mets proposés !

Si vous souhaitez réagir à cet article, apporter un commentaire ou poser des questions, vous pouvez le faire par le biais de ce blog ou sur mes pages Facebook et Instagram Beerunneuse. N’hésitez pas !

7 réflexions sur “Une Bee au Half Marathon des Sables. Chapter 5 : l’ultime étape…

  1. Rosello frederic 23 octobre 2017 / 9 h 00 min

    Tu as trouvé les mots pour faire vivre ou revivre une très belle aventure

    J'aime

    • beerunneuse 23 octobre 2017 / 9 h 01 min

      Merci Frédéric, rendre une émotion n’est pas chose aisée…

      J'aime

  2. Camille Dewoods 23 octobre 2017 / 14 h 48 min

    Ahahah normal que tu ne sentes pas la rose ^^ super de vivre cette expérience avec toi 😀 enfin à travers toi..

    J'aime

  3. camdewoods 23 octobre 2017 / 14 h 48 min

    Ahahah normal que tu ne sentes pas la rose ^^ super de vivre cette expérience avec toi 😀 enfin à travers toi..

    J'aime

    • beerunneuse 23 octobre 2017 / 15 h 10 min

      😉 Merci ma jolie Camille ! Le partage fait partie de ma passion pour le trail. A très vite, promis, je serai parfumée.;-)

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s