Compte rendu du test de la brassière Thuasne Top Strap®XBack

33078005_2058130547846693_6233077236849704960_n.jpg

Comme vous le savez, j’accorde une attention toute particulière aux brassières que je porte : certes, je n’ai pas une poitrine plantureuse, mais je tiens à préserver son maintien et son élasticité.

J’ai déjà écrit plusieurs articles à ce sujet que vous pourrez relire en cliquant sur ce lien ou encore cet autre lien.

Avec le mois d’octobre dédié à la recherche contre le cancer du sein et à la prévention, j’ai trouvé judicieux de publier mon test concernant la brassière Thuasne Top Strap®XBack, une façon pour moi de rappeler combien il est important dans nos pratiques sportives de chouchouter cette partie si féminine de notre corps.

Lors du salon du running à Paris, j’ai eu la chance d’être sélectionnée pour participer au test d’une toute nouvelle brassière de la marque Thuasne.

Ses promesses ? Assurer un maintien optimal et du confort lors de pratiques sportives extrêmes.

Cela tombait bien, car je m’embarquais quelques jours plus tard pour l’Ultra Run Raramuri au Mexique : comment mieux tester une brassière que sur un ultra de 200 kilomètres, dans des conditions un peu extrêmes ?

Retour sur un test qui a commencé au mois d’avril 2018…

 

Une marque dédiée à la contention médicale

Thuasne__logo

Nombre d’entre nous ont déjà entendu parler de la marque Thuasne en pénétrant dans une pharmacie : orthèse, compression, maintien, elle est spécialisée dans plusieurs domaines.

Mais elle s’est aussi spécialisée dans les sous-vêtements de maintien avec l’aide de scientifiques, afin d’apporter son savoir-faire et son expertise aux sportifs.

Bénéficiant des dernières innovations textiles, ces sous-vêtements sont conçus pour prendre soin de nos poitrines malmenées par des amplitudes de mouvement : nos seins sont en effet des organes fragiles et lorsque nous courons, ces mouvements peuvent devenir douloureux, gêner nos performances et à la longue, entraîner une distension.

Hors de question de se retrouver avec des gants de toilette douloureux, alors que nous avons la possibilité de préserver les organes symbolisant notre féminité !

 

Un maintien optimal

 

0720_noir_1_3_2

La marque a développé sept modèles de brassières :

  • deux avec un maintien normal pour les activités sportives de faible intensité comme le yoga
  • trois avec un maintien supérieur pour les activités plutôt orientées fitness, crossfit, etc.
  • deux avec un maintien extrême pour éviter les rebonds des seins lors de pratiques avec de forts impacts.

Étant amenée à courir de nombreuses heures sur des terrains techniques et dans des conditions extrêmes, j’ai immédiatement été orientée vers un modèle de brassière avec un maintien extrême, la brassière Thuasne Top Strap® XBack.

Son coloris ? Pour une Bee girly, il ne pouvait être que rose.

La brassière comporte une bande de contention renforcée située sur la partie supérieure de la poitrine, qui se prolonge latéralement et contrôle aussi les mouvements vers l’extérieur, empêchant ainsi les « rebonds » que peuvent faire nos seins lors de nos activités.

La poitrine n’est toutefois pas écrasée par cette bande : elle vient juste permettre aux seins un meilleur placement, renforçant l’action des deux demi-bonnets en tissu de contention.

Les bretelles sont réglables devant grâce à des agrafes de type papillon, ce qui est un plus pour ajuster parfaitement la brassière.

L’accent a été également mis sur le dos nageur – ou en X si vous préférez – qui a l’avantage d’épouser nos morphologies grâce à ses bretelles  larges et réglables, ce qui confère une totale liberté de mouvement.

Mais j’apprécie également ce type de dos, car d’un point de vue esthétique, les bretelles ne dépassent pas de nos tee-shirts.

 

Mon avis de Bee

 

30624130_2036558113337270_5584894039691362304_n.jpg

Il est temps de dresser un petit bilan, après quelques mois de test à l’entraînement et en compétition. Il est dans l’ensemble très positif !

Les plus

L’atout indéniable de cette brassière est son maintien sans failles : la poitrine est plaquée sans être compressée et elle ne bouge pas, quelle que soit l’intensité de l’activité.

Comme le dirait Balavoine, elle peut autant convenir à une Bee avec « ses petits lolos » qu’à une « poupée gonflée à l’hydrogène ».

On a l’impression d’avoir une seconde peau, que la brassière fait corps, tout en préservant les tissus délicats de notre poitrine.

Rien en bouge à l’intérieur et ça se voit à l’extérieur !

J’apprécie particulièrement le dos nageur et les bretelles larges : il m’est en effet déjà arrivé d’avoir des marques sur les épaules à la suite d’un ultra avec des bretelles classiques. Or avec cette brassière, je n’ai ressenti aucun jeu, ni aucun frottement à ce niveau là lors de mes entraînements et de la plupart de mes courses.

Est-il besoin de rappeler que la Bee aime les coloris flashy ?

Alors comme vous pouvez vous en douter, je n’ai pu qu’être sous le charme de ce rose électrique.

Mais j’ai surtout aimé la facilité avec laquelle on enfile cette brassière : elle est très souple et se fixe en un rien de temps.

Les moins

Comme vous le savez, je pars souvent sur des ultra trails en autosuffisance.

J’ai été gênée par les agrafes papillons lorsque je portais mon ultra bag de 20 litres : en effet, le frottement des bretelles du sac sur la partie plastique des agrafes a généré une gêne, puis des brûlures, ce qui était pour la suite de la course très inconfortable.

Je n’ai pas eu ce type de soucis sur des courses avec des sacs plus légers ou lors d’entraînements : est-ce le poids du sac ou sa forme qui a généré ce problème ?

J’ai remarqué que le tissu sur la poitrine mettait un peu de temps à sécher une fois qu’on avait transpiré, alors que le mesh du dos permettait une évacuation optimale.

Il m’est arrivé un petit souci de décoloration lors de mon dernier ultra, dans le désert de Fuerteventura : est-ce lié à la transpiration ou à l’humidité ?

Bilan

Après plusieurs mois d’utilisation, je suis plutôt satisfaite de ma brassière qui englobe parfaitement la poitrine et maintient nos seins sans les écraser.

Je ressens vraiment un effet seconde peau qui me permet presque d’oublier que je porte des sous-vêtements.

J’ai pallié le problème des agrafes par des bandes spéciales contre les frottements que je colle sous les bretelles lorsque je pars avec un sac à dos assez lourd.

 

Si vous souhaitez réagi à cet article ou si vous voulez faire part de votre expérience, vous pouvez laisser un commentaire sur ce blog, sur ma page Facebook et mon compte Instagram Beerunneuse.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s