Miha Bodytec, l’électrostimulation high-tech

bon avaatr.JPG

Vous souvenez-vous de ce cliché réalisé lors du Salon du fitness, où j’avais eu l’impression de jouer une figurante au milieu de deux personnages tout droit sortis du film Avatar ?

Il faut dire que la société Miha Bodytec avait fait forte impression en attirant les sportifs sur son stand par le biais de ces deux êtres joliment peinturlurés à l’image des personnages du célèbre film.

Curieuse, j’étais moi-même allée m’intéresser à cet appareil d’électrostimulation dernière génération. J’avais alors eu droit à une séance d’adaptation pour me faire connaître le processus et les sensations.

L’occasion de faire un bond dans le futur, en enfilant ce gilet truffé d’électrodes et relié à une machine.

mouvemants dyna miha

Cette première expérience m’avait séduite.

Lorsqu’une amie m’a parlé d’un centre qui avait ouvert près de chez elle dans le Marais et qui me proposait une séance d’essai, j’ai immédiatement accepté.

Êtes-vous prêts aujourd’hui à découvrir cette expérience et à faire avec moi un véritable voyage dans le futur ?

Miha Bodytec, une machine innovante

console miha

Si la société allemande Miha Bodytec a lancé sur le marché sa machine en 2007, cela fait maintenant plus de quarante ans que l’entreprise bavaroise à l’origine de l’appareil fabrique des produits innovants pour le sport et l’industrie médicale.

Une console de la taille d’un ordinateur portable est posée sur un pied.

Pour les runners de ma génération, on est bien loin des appareils d’électrostimulation qui étaient présentés sur nos écrans TV dans les années 80 par la sculpturale Lova Moor, ou encore dans les pubs du Télé Achat : ne croyez-pas que vous allez rester tranquillement allongé(e) sur votre canapé en dégustant quelques gourmandises ou en regardant votre poste de télévision. Rien à voir non plus avec les appareils que vous avez pu côtoyer chez votre kiné pour soulager des muscles douloureux !

Cette machine sollicite absolument tous les muscles, même les plus profonds : une vraie révolution dans l’univers de l’électrostimulation !

Les muscles agonistes et antagonistes sont stimulés simultanément par des impulsions électriques. En douceur, vous agissez sur votre corps et les résultats sont apparemment rapidement visibles.

Tenez-vous bien : une séance de vingt minutes de la Miha Bodytec équivaudrait à quatre heures de sport !

Comme moi, je suis certaine que cette promesse a déjà excité votre curiosité.

Déroulement d’une séance de Miha Bodytec

mannequin miha

Vous voulez à présent en savoir plus sur le déroulement d’une séance de cette fameuse machine d’électrostimulation ?

J’avais pris rendez-vous ce vendredi pour faire une séance entière de Miha Bodytec et poser toutes mes questions : je voulais en effet savoir en quoi cette machine pouvait être complémentaire à ma pratique de traileuse.

Bon, j’avais bien une petite idée : je me rends souvent compte en finissant mes trails que mon dos est fortement sollicité. Le gainage et les exercices de renforcement musculaire m’aident quelque peu à pallier ces problèmes.

La machine a de bons résultats à ce qu’il paraît concernant cet aspect.

Petit scoop : elle améliorerait même la VMA ! Affaire à suivre…

Mais revenons à nos électrodes…

J’ai été accueillie chaleureusement par les deux coachs diplômés d’État qui officient dans la salle du Bodytec Club.

coach miha

L’endroit est sobrement décoré et propre. Deux pieds sur lesquels reposent la fameuse console de la Miha Bodytec sont disposés devant une immense glace murale.

Pour la petite anecdote, un mannequin équipé d’une veste truffée d’électrodes trône sur le trottoir, mais avec les événements des derniers jours, les forces de l’ordre ont fait comprendre qu’il serait plus judicieux de le rentrer. Il était donc à l’intérieur de la salle à mon arrivée.

Maintenant que vous avez fait connaissance avec les lieux, je vous propose de découvrir le déroulement d’une séance.

Le coach vous conduit dans un vestiaire et vous donne un tee-shirt et un corsaire très près du corps à enfiler. Idéalement, il faut être entièrement nu(e) dessous, pour permettre une meilleure conductibilité vers les muscles ciblés.

Je vous rassure, les vêtements sont noirs et on est bien vite recouverts d’un équipement positionné dessus.

Puis vous mettez une veste zippée truffée d’électrodes qui a au préalable été complètement humidifiée, afin que le courant se diffuse mieux.

gilet miha

Le coach branche ensuite les électrodes à la console et la séance peut enfin commencer.

Il choisit un programme en fonction des objectifs que vous souhaitez atteindre : raffermissement, minceur, endurance, etc.

C’est parti pour vingt minutes de bonheur !

Le coach reste à vos côtés pour réaliser les exercices et rectifier votre posture si elle n’est pas adéquate : il faut en effet préciser que contrairement aux anciennes publicités où l’on pouvait voir des starlettes manger du pop-corn sur leur canapé, tout en faisant tressauter leurs muscles, on ne reste pas statique.

Il faut exécuter des mouvements en dynamique pour renforcer l’action de la machine en fonction des objectifs recherchés.

Le coach m’a signifié qu’il existait six postures de base dans les protocoles allemands, mais qu’il est possible, si on est diplômé, d’en adapter d’autres.

J’ai même trottiné sur place à la fin de la séance pour récupérer.

Mes impressions de Beerunneuse

salon fitnes

Si j’avais déjà particulièrement apprécié ma séance d’adaptation lors du Salon du fitness, ces vingt minutes n’ont fait que confirmer mes premières impressions.

Bon, j’avoue avoir un peu de mal à supporter le contact avec la veste humidifiée au tout début de la séance, mais on l’oublie très vite, car les muscles chauffent rapidement.

Contrairement à bien des appareils qui ne font que cibler une zone, laissant parfois une sensation de picotements désagréables, je n’ai pas éprouvé de douleurs ou de gênes produites par les impulsions.

Seul petit bémol : au départ, des fourmillements dans les doigts m’ont dérangée. Mon coach m’a alors bien vite expliqué à quoi cela était dû.

Vous devez pendant la phase d’impulsions serrer vos mains l’une contre l’autre et contracter votre corps.

Une fois cette consigne intégrée dans mon petit cerveau de Bee, la séance s’est parfaitement déroulée.

J’ai trouvé les exercices variés et ai eu quelques surprises : je me suis rendu compte que mes bras manquaient totalement de force. Bon, je m’en doutais un peu à leur allure de pattes de criquet : je sais que c’est là une de mes faiblesses.

On a l’impression que les gestes sont simples à réaliser, mais un simple mouvement peut prendre de terribles proportions : une façon de nous rappeler que nos muscles travaillent !

Même chose pour les jambes ! J’ai eu l’occasion à deux reprises de trop les tendre : quand les impulsions se sont déclenchées, je n’ai plus pu les plier ! Une sensation assez troublante !

Autre effet notable : mon souffle s’est par moments accéléré. On peut donc parfaitement envisager de travailler son cardio, il ne s’agit pas d’électrostimulation passive.

Pendant la séance, le coach a réglé toutes les intensités pour que les sensations soient confortables et j’ai pu lui poser les questions qui me venaient à l’esprit. Le cours est donc bien encadré et on tient compte de vos attentes.

Si c’était à refaire ? Je réponds sans réfléchir : oui !

Je n’ai bien évidemment pas assez de recul pour me rendre compte des bénéfices d’une telle machine. Il est en plus conseillé de suivre une dizaine de séances en fonction de ses objectifs.

J’ai en tout cas eu l’impression que chaque zone de mon corps était sollicitée, sans que cela ne soit désagréable.

Cette technique d’électrostimulation peut être un compromis intéressant pour ceux et celles qui n’ont guère le temps de faire du sport : je me dis qu’une petite séance de vingt minutes sur l’heure du déjeuner se cale assez facilement.

Après les deux séances pourtant bien différentes que j’ai effectuées, j’ai eu des courbatures dans les fesses et les bras : j’en ai déduit que je ne sollicitais peut-être pas assez ces deux groupes musculaires. Il faut aussi bien s’hydrater après une telle séance.

J’ai du travail !

Les tarifs des séances de Miha Bodytec

tarifs miha

Vous vous demandez certainement à présent combien coûte une séance de Miha Bodytec ou un forfait pour pouvoir en faire plus régulièrement et espérer les résultats convoités ?

Je vous ai photographié la grille tarifaire.

Mais j’ai une bonne nouvelle : sachez que si vous appelez de la part du blog Beerunneuse, vous bénéficierez d’une réduction.

Alors, allez-vous vous aussi vous laisser tenter ?

#beerunneuse #bee #trail #trailrunning #run #running #fitness #electrostimulation #mihabodytec #bodytecclub

48 heures chrono au coeur des Monts du Pilat

groupe 2.JPG

Mais que s’est-il donc passé le week-end du 28 janvier 2017 au coeur des Monts du Pilat ?

On rapporte que de mémoire d’homme jamais le village du Bessat n’avait retenti de rires aussi tonitruants et connu un tel déferlement de Beerunneuses aussi déjantées !

Il faut dire qu’un événement extraordinaire avait lieu pour la première fois, organisé par Adevsport : un stage de trail blanc 100% girly !

Le Père Noël, qui connaît bien mon tempérament « tête brûlée », avait eu la bonne idée de glisser dans mes baskets ce judicieux cadeau : je n’ai guère eu l’occasion de courir dans la neige depuis que je suis en région parisienne, et ma première expérience de trail en montagne s’était soldée par une hypothermie et un mal des montagnes, lors de l’Andorra Ultra Trail !

Si j’ai renoué depuis avec les forts dénivelés, notamment lors d’un séjour dans les Alpes, je soigne encore mon vertige par l’hypnose.

groupe montée.jpeg

Je comptais sur ce stage pour découvrir de nouvelles sensations, obtenir de précieux conseils auprès de trailers aguerris et plus simplement, pour passer un week-end festif entre filles.

Je n’ai pas été déçue !

Retour sur une expérience inédite mêlant fun, plaisir, découverte, spa, fous rires, et bien sûr, sport.

Des sportifs passionnés et expérimentés

coach.jpeg

Quand on est une Beerunneuse passionnée, comment ne pas craquer pour l’un des stages organisés par l’association Adevsport ! http://www.stage-sportif.com

Trail, cyclo, triathlon, stages sur-mesure…

Une équipe de professionnels est à notre écoute pour s’adapter à nos demandes.

Concernant notre stage de trail blanc, nous avons été prises en charge par Stéphane Celle, un membre du Team « Terre de Running-Mizuno », dont le palmarès laisse rêveur :

     – Vainqueur de la Saintélyon Relais 2013 et 2015,

     – Vainqueur du Défi Vellave 2011,

     – 4 fois vainqueur de la Nuit Blanche du Pilat,

      – Vainqueur du Lozère trail 2013,

      -Vainqueur du trail de la Rosière 2016,

       -8ème de l’Endurance Trail des Templiers 2016.

Mais ce qui caractérise avant tout Stéphane, c’est son humilité, sa générosité, et son envie de vous mettre immédiatement à l’aise : j’ai vraiment redécouvert le sens de l’expression « se plier en quatre » avec lui. Il nous avait concocté un séjour aux petits oignons !

Il s’est adapté à tous les niveaux et s’est rendu disponible pour chacune d’entre nous.

Quelle patience également pour supporter nos discussions de Beerunneuses déjantées, ce dès le premier soir !

Éric LEGAT, également membre du Team « Terre de Running-Mizuno » faisait aussi partie de l’aventure : il nous a accompagnées lors de nos sorties, mais a également coaché une séance de préparation physique généralisée assez soutenue – nos abdos et nos obliques ont souffert !

eric.jpeg

Nous avons pu planifier nos courses avec ce sportif disponible et expérimenté, au palmarès impressionnant : équipe de France 100km, vainqueur du Marathon des Causses, 2ème à la Saintélyon…

D’autres personnes ont fait des interventions durant le stage : Nicolas Arbib, un ultra trailer de renom, nous a présenté ses jus vitaminés, son extracteur de jus et les super-aliments qu’il utilise pour les concocter – nous en parlerons dans un prochain article – et Olivier Ravel, naturopathe, a proposé une séance de réflexologie plantaire à celles qui le souhaitaient.

On n’a donc pas le temps de s’ennuyer durant le stage et les rencontres sont nombreuses !

Demandez le programme !

Peut-être vous demandez-vous comment s’est organisé notre séjour durant ce stage ?

Comme vous pouvez le constater, nous avons été gâtées, car la neige a été de la partie, nous permettant vraiment de découvrir les joies d’un trail blanc.

Voici le programme :

Samedi 28 janvier:

À partir de 8h30 : accueil des participantes

9h00: présentation du contenu du stage, présentation des participantes et testing produits (Mizuno, montres Suunto, jus, gels…)

10h30 : course sur neige ( 1h) et préparation physique générale 45′

12h : retour au gîte pour pause déjeuner

14h : échanges sur l’entraînement

14h30: course d’orientation par équipe

16h30 : Balnéo  chez Cap Oxygene 

18h30 : apéro jus organisé par Nicolas Arbib. Présentation des super-aliments.

20h: Repas , échange sur des thèmes au choix: entraînement, planification saison…

Séance de réflexologie pour celles qui l’avaient choisie.

Dimanche 29 janvier:

À partir de 8h : petit-déjeuner avec un atelier jus organisé par Nicolas Arbib

9h : approche théorique de la notion d’endurance

9h30 : sortie endurance de 1h 30 à 2h 30 suivant les groupes de niveau

11h :30 retour au gîte puis pause déjeuner

14h : marche nordique

16h : débriefing et fin du stage

Inutile de vous préciser que le séjour a été loin d’être reposant ! Mais les activités intenses ont alterné judicieusement avec des temps calmes.

Mes impressions

Les points forts du stage

Ils sont nombreux :

  • l’encadrement : comme je l’ai dit précédemment, parler avec des sportifs expérimentés est un vrai plus. Nous avons pu recevoir des conseils judicieux sur nos pratiques, découvrir une discipline très différente et de nouvelles sensations qu’il a fallu apprendre à gérer (les appuis ne sont pas du tout les mêmes sur la neige et nous avons pu l’expérimenter sur de la poudreuse et une neige plus tassée). Chaque interlocuteur était disponible et ravi de partager sa propre expérience. Nous avons eu une surprise de taille avec la visite de Séverine Bovero, troisième au championnat de France de la spécialité, qui a partagé nos sorties. J’ai vraiment apprécié nos échanges.

 

  • le cadre : le parc naturel dans lequel se déroule le stage est tout simplement fabuleux. Les paysages sont surprenants et certains parcours exigeants. Toute la famille peut y trouver son compte, entre les pistes pour pratiquer le ski de fond, la course et les randonnées. Nous avons été enchantées par l’épais tapis de neige qui recouvrait les sous-bois.

raph

 

  • l’hébergement et la restauration : rien à redire sur notre gîte qui accueille régulièrement des sportifs, dans le cadre de différents stages. Pensé par un triathlète, il est fonctionnel, agréable, au calme et possède même un atout de taille : une petite piscine intérieure ! Que dire également des petits plats cuisinés avec amour pour notre venue ! Une mention spéciale pour la tartiflette qui a été déclinée en de multiples variantes : avec fromage, sans fromage, avec lardons, sans lardons, etc. Difficile de s’y retrouver parmi les exigences d’un groupe de filles déterminées, mais Stéphane a assuré !

table.JPG

 

 

  • les intervenants : Olivier, le naturopathe, ainsi que Nicolas Arbib qui nous a proposé un atelier jus en lien avec le site http://www.ohmonjus.com/, nous ont captivées. Nous avons beaucoup appris sur nos habitudes alimentaires et les orientations à prendre pour obtenir de meilleures performances. Mais j’y reviendrai dans un prochain article.

atelier jus.JPG

 

  • les testings : je n’avais jamais eu l’occasion de tester des trails de la marque Mizuno. C’est chose faite ! Partenaire de l’événement, la marque nous a prêté deux modèles que nous avons pu apprécier. J’ai eu un véritable coup de coeur pour les miennes : légères et confortables, je ne les ai pas quittées d’une semelle ! Il ne me reste plus qu’à partir en quête de ces pantoufles de vair sur Paris.

mizun.jpeg

 

  • les activités proposées : le thème du stage était « trail blanc et spa ». Inutile de vous dire que la partie trail a été du pur bonheur ! Mais j’ai particulièrement apprécié l’activité spa : nous avons été transportées dans les pays de l’Est en pénétrant dans une yourte sous laquelle nous avons pu nous reposer après une journée intense. Le bain chauffé à l’extérieur était une pure merveille et notre groupe a même testé le choc thermique… en se jetant dans un tas de neige après une partie de boules de neige ! Une vraie cure de jouvence : j’avais l’impression d’avoir 10 ans !

appareils massage yourte.jpg

 

  • l’ambiance girly déjantée : certaines alchimies se font naturellement. Notre groupe s’est immédiatement bien entendu et la bonne humeur est vite devenue contagieuse. Si nous avons fait travailler nos abdos lors de la session de gainage d’Éric, je crois que nous avons tout autant sollicité nos zygomatiques. Tout le séjour s’est déroulé sans aucune pression, avec humour et légèreté. Un vrai plaisir de rencontrer des Beerunneuses qui partagent les mêmes valeurs : le sport plaisir (avec une certaineintensité tout de même !), la joie de vivre, le partage et la simplicité. Ce stage m’a vraiment permis de faire de belles rencontres…

beejump neige2.jpg

 

Les points faibles du stage

J’évoquerai pour ma part la durée, mais je suis un peu fautive : je suis partie le dimanche midi pour retrouver ma famille. Je n’ai donc pu participer à l’activité marche nordique, ce qui m’a frustrée.

Le stage passe trop vite, tant les activités et l’ambiance sont bonnes : on aurait envie de plus de jours. Bon, j’ai beau chercher, je ne vois pas de points faibles en fait.

Ah si ! Il faudrait, Stéphane, prévoir des balises un peu plus grosses pour le groupe de Beerunneuses blondes que nous avons formé avec Valérie et Isabelle. Je fais encore des cauchemars en essayant de chercher la balise 10 !

Je rappelle au passage, que j’ai aussi émis l’idée de faire une sortie nocturne dans la neige, mon côté noctambule qui rejaillit certainement depuis la Saintexpress en décembre !

balise.jpeg

Mes envies ?

Retourner au Pilat et surtout faire un trail blanc dès que possible !

Ce stage m’a réellement motivée et m’a redonné confiance pour affronter la montagne. Il ne me reste plus qu’à soigner mon vertige.

Mais ma plus grosse envie est certainement de revoir les copines rencontrées lors du stage, Valérie, Isabelle, Raphie, Laurence et « Bulle » avec lesquelles j’ai bien ri, et de partager, pourquoi pas, une course ou un nouveau stage avec Adevsport et ses intervenants exceptionnels…

Je vous fais suivre à ce propos le flyer pour le nouveau stage girly : envie de vous transformer en Fantômette le temps d’un week-end ?

girly-05-2017

girly-05-2017-verso

Affaire à suivre…

Si vous souhaitez réagir à cet article ou le commenter, vous pouvez le faire sur ce blog ou sur ma page Facebook Beerunneuse. N’hésitez pas également à me poser toutes vos questions, j’y répondrai avec plaisir.

#beerunneuse #trail #trailrunning #run #running #runners #runaddict #stage #adevsport #stagesportifs #pilat #fit #fitness #sport #neige #carperunem #carpediem #lavieestbelle

Rejoignez la Beez Team lors de la No Finish Line 2017

IMG_0629

Vous êtes une Beerunneuse motivée – ou un Beerunner – prête à oublier le chrono l’espace de cinq jours pour participer en équipe à une belle cause, quel que soit votre niveau ?

J’ai justement un beau projet sous les baskets, qui va nous permettre de nous retrouver autour de notre passion commune, et pour certains et certaines de nous rencontrer.

Je vous propose de rejoindre une équipe sympathique, dont le but principal, modeste, sera de prendre du plaisir et de passer un peu de temps ensemble dans la bonne humeur.

Notre objectif ? Participer à la No Finish Line 2017 afin de cumuler les kilomètres sous la Tour Eiffel pour soutenir des associations qui viennent en aide aux enfants.

Zoom sur une course solidaire accessible à tous…

La No Finish Line

no-finish-line

L’an dernier, alors que je venais juste de créer mon blog Beerunneuse, j’ai participé à la No Finish Line et ai pris énormément de plaisir : https://beerunneuse.com/2016/04/13/un-elan-de-solidarite-a-la-no-finish-line/

En premier lieu, parce que cette course m’a permis de rencontrer et de retrouver de nombreuses personnes, unies par la même passion : la course à pied.

Pas besoin d’être un coureur émérite, le seul véritable challenge étant de parcourir un maximum de kilomètres en marchant ou en courant.

Avec une amie, Marie, nous avions décidé de relever ce challenge un soir ensemble, et nous avons rejoint d’autres coureurs que je connaissais sur le Champ de Mars : bonne humeur et solidarité avaient ponctué cette belle soirée.

C’était sans compter sur un cadre magnifique : le Champ de Mars avec la Tour Eiffel illuminée !

IMG_0635

Mais revenons avant toute chose sur cette course.

Pendant cinq jours, il s’agit de courir ou de marcher sur un circuit d’environ 1 300 mètres, ouvert 24h/24. Il n’y a aucune pression, car on peut venir autant de fois qu’on le désire et faire autant de kilomètres qu’on le souhaite. Des ravitaillements, des toilettes, des vestiaires et des animations diverses sont prévus.

Le montant de l’inscription est unique : il est de dix euros, quelle que soit la distance réalisée, que vous veniez une seule ou plusieurs fois durant les 5 jours.

Grâce aux inscriptions, aux donateurs et aux sponsors, pour chaque kilomètre parcouru, l’association Children & Future Paris reverse 1 € pour soutenir des projets en faveur d’enfants défavorisés ou malades.

Les deux associations qui bénéficieront de ces dons sont le Samu social de Paris et la Chaîne de l’Espoir.

Pourquoi faire une équipe ?

Tout le monde connaît l’adage : « Plus on est de fous, plus on rit ! »

C’est un peu l’esprit, idéalement, dans lequel je monte la Beez Team : plaisir, partage et fun ! Mais aussi parce que j’ai envie que nous nous rencontrions autrement que derrière un clavier.

J’ai laissé un peu tomber le milieu de la compétition il y a quelques années pour m’adonner au trail et soutenir de belles causes.

Je me dis que cette course est l’occasion idéale de partager notre passion, de motiver certains à la découvrir sans pression dans la bonne humeur et dans une ambiance amicale : en cinq jours, on a le temps de faire des kilomètres, que ce soit en marchant ou en courant ! Savoir que ces kilomètres se transforment en dons est une belle motivation !

Chacun pourra y trouver son compte ! Si vous souhaitez vous fixer un challenge, c’est aussi possible : faire un maximum de kilomètres !

Vous pouvez courir quand vous le souhaitez, de jour comme de nuit, seul ou à plusieurs, et vous augmenterez le nombre de kilomètres pour la Beez Team.

J’aimerais toutefois que nous nous retrouvions pour certains temps forts et pour échanger : entraînements collectifs, pots, repas, animations, jeux, etc.

Tout est possible et les idées de chacun et chacune sont les bienvenues : signe distinctif, etc.

Bien sûr, plus nous serons nombreux, plus notre équipe cumulera de kilomètres, ce qui permettra de reverser davantage de dons.

Alors n’hésitez pas à vous inscrire avec vos amis, vos collègues ou connaissances dans la Beez Team !

Soutenir la Chaîne de l’Espoir

La Beez Team soutiendra cette année l’association de la Chaîne de l’Espoir.

Cette association a pour but d’aider à dispenser des soins aux enfants en France.

Dans le monde, tous les pays ne disposent pas de structures hospitalières, de moyens ou de personnels pour pouvoir opérer les enfants atteints de lourdes pathologies.

Les fonds versés lors de la No Finish Line peuvent être un tremplin pour faire venir des enfants en France afin qu’ils bénéficient d’opérations ou de traitements.

Chaque participation symbolise donc l’espoir de sauver un enfant.

La Chaîne de l’Espoir prend en effet en charge des enfants de 15 mois à 15 ans présentant des pathologies cardiaques, orthopédiques, ophtalmologiques, viscérales ou neurologiques ne pouvant pas être prises en charges dans leur pays d’origine.

Pour ceux qui veulent découvrir cette association, je vous invite à cliquer sur le lien de leur site : https://www.chainedelespoir.org/fr

Sachez que le samedi soir, l’association propose une animation fluo, pour apporter un peu de fun à l’événement.

Donner un peu de son temps pour une bonne action, tout en se faisant plaisir et en partageant de bons moments, ça vous tente ?

Alors inscrivez-vous vite avec nous !

 

Modalités pour rejoindre la Beez Team

Pour venir partager la bonne humeur de la Beez Team, du 10 au 14 mai 2017, c’est très simple :

  1. cliquez sur le lien suivant : http://nofinishlineparis.com/page/38/Individuelles.html
  2. donnez les informations demandées
  3. pensez à inscrire le nom de l’équipe : « Beez Team »
  4. procédez au paiement (10 euros)
  5. prévenez-moi en message privé, sur Facebook ou sur le blog

Rejoignez-nous vite pour faire chauffer vos baskets au pied de la Tour Eiffel !

 

 

Jeu-concours avec la marque SiRun pour poursuivre la magie de Noël

Je vous ai annoncé en fin de semaine le lancement du nouveau site de l’une de mes marques de sport favorites, SiRun, dont je vous avais déjà parlé dans un article précédent dont voici le lien : https://beerunneuse.com/2016/04/06/mettez-du-fun-dans-vos-runs/  J’ai bien senti un peu de frustration chez certaines qui se sont dit : « Zut ! Trop tard ! Le Père Noël n’a plus de place pour moi dans sa hotte ! »

Pas de panique ! Votre Beerunneuse a pensé à vous : je vous avais promis une surprise,  souvenez-vous. Eh bien la voici !

Découvrez vite le lot à remporter !

Je vous propose de gagner le haut La Pétillante de la marque SiRun ?

pétillante.jpg

Oui, mais pas seulement !

Je vous propose de remporter une magnifique tenue complète de la nouvelle collection Hiver de la marque SiRun – oui, oui, vous avez bien lu ! – afin d’égayer vos runs nocturnes ou par temps froid.

bleu-bas-1

Je ne sais pas vous, mais personnellement, je l’adore avec ses motifs « bulles » réfléchissants qui ne sont pas sans rappeler les fines gouttelettes de champagne qui égaient nos fêtes.

Avec son tissu technique pour évacuer la transpiration et ses passe-pouces, je suis sûre que pour vous aussi, elle deviendra un must have de votre armoire de Beerunneuse.

Mais vous vous demandez certainement comment la remporter ?

Les modalités du concours

C’est simple ! Nous avons tous dans nos armoires de runneuses un tee-shirt favori ou un accessoire que nous considérons comme notre grigri ou qui a une valeur bien particulière.

Mais quel est le vôtre ?

Pour tenter de remporter cette superbe tenue SiRun, il faut :

  1. aller liker les pages Facebook Beerunneuse et Sirun
  2. liker ce post
  3. mettre en commentaire sur la page Facebook Beerunneuse ou sur ce blog, à la suite de l’article, une photo de votre tee-shirt ou accessoire favori de running en racontant en deux mots son histoire, ce qu’il représente pour vous, son importance
  4. utiliser le hastag #sirunbeerunneuse pour votre identification

Un tirage au sort aura lieu l’année prochaine, le 2 janvier 2017, pour vous départager.

C’est à vous de jouer à présent !

Mais pour celles qui comme moi ne peuvent pas attendre les étrennes, vous pouvez vous rendre sur le site http://www.sirun.fr afin de découvrir la nouvelle collection…

Courir solidaire pour le Téléthon 2016

shutterstock_316004573.jpg

Comme chaque année, l’un des grands rendez-vous de décembre sera incontestablement le Téléthon, une manifestation qui me touche particulièrement.

Il s’agira de la trentième édition et à cette occasion, AFM-Téléthon a choisi de désigner le chanteur Garou comme ambassadeur de ses parrains.

Mais si la grande manifestation du Téléthon se déroulera les 2 et 3 décembre 2016, il est possible d’y participer en amont de multiples façons.

Bien sûr, on peut faire des dons directs sur le site dédié.

Mais mon âme et mon cœur de Beerunneuse ont été immédiatement séduits en apprenant qu’on pouvait participer à cette cause en chaussant ses baskets !

Vous voulez vous aussi y contribuer activement ?

Je vous invite à relever avec moi les deux challenges que je me suis fixés :

Le Nouveau Cross du Figaro

« Un cross ? Mon Dieu ! Je n’en ai pas couru depuis le collège ! » me suis-je dit en premier lieu.

Oui mais là, il s’agit du Téléthon ! Alors peu importe le chrono, le parcours ou tout autre paramètre : on vient courir par solidarité, pour le plaisir d’être ensemble, sans nul autre objectif.

J’ai tout de suite adhéré au concept : on court à la carte !

La course aura lieu les 26 et 27 novembre prochains.

Le concept ? Vous choisissez votre heure de départ et votre distance : 5, 10 ou 15 kilomètres, 20 pour l’élite.

Plus vous courez, plus il y a d’argent reversé à l’AFM-Téléthon : ainsi pour 5 kilomètres, 2 euros sont reversés, alors que pour 20 kilomètres – la course élite -, 5 euros sont reversés.

Allier sa passion à une noble cause, l’idée est séduisante.

Ayant un gros challenge dans les semaines à venir, j’ai opté pour le 10 kilomètres que je ferai en toute décontraction et pour le plaisir de manifester en groupe mon soutien.

Envie de chausser vos baskets pour nous rejoindre ? Je vous donne le lien : http://www.crossdufigaro.com/telethon/

Running Heroes, pour courir solidaire et connecté

Envie de plus de liberté ?

Running Heroes (www.runningheroes.com) est la première communauté de runners en France, qui compte plus de 350.000 membres et permet de participer à de nombreuses opérations solidaires. L’inscription est 100% gratuite.

Du 1er novembre au 3 décembre 2016, vous pouvez participer à la course connectée en faveur du Téléthon avec l’application Running Heroes.

http://www.afm-telethon.fr/running-heroes-6029

Comment procéder ?

  1. Connectez-vous via l’application ou votre montre GPS au site de la course connectée du Téléthon.
  2. Chaussez vos baskets pour aller courir au moins 30 kilomètres, seul ou par équipe de 4 : n’hésitez pas à partager votre engagement via les réseaux sociaux et à vous entourer d’une bande de supporters pour garder votre motivation.
  3. Relevez des challenges ! Votre engagement pourra vous rapporter des récompenses diverses : enceintes, écouteurs, tee-shirts, etc.

À vos marques ? Prêts ? Il n’y a plus qu’à relever le défi !

shutterstock_134140520.jpg

Je possède le bien le plus précieux qui soit : la santé.

Donner un peu de mon temps et de ma vitalité, en toute humilité, pour soutenir ceux qui n’ont pas cette chance me semble une évidence.

Si vous souhaitez réagir à cet article ou partager votre expérience, vous pouvez le faire via ce blog ou sur ma page Facebook Beerunneuse.

#beerunneuse #trail #trailrunning #run #runners #running #runaddict #carperunem #telethon #cross #crossdufigaro #jecourspourletelethon #sport #healthy #courseconnectee #carpediem

Un baptême à couper le souffle avec Morgan Bourc’his

fosse.jpg

« Mettre la tête sous l’eau alors que je suis sujette aux sinusites ? Aller voir les poissons pour ruiner mon brushing ? Certainement pas ! »

Depuis plusieurs années, je trouvais toujours un prétexte pour masquer ma peur de mettre la tête sous l’eau.

Il faut dire que je me sens plus à l’aise chaussée d’une paire de trails pour crapahuter dans la nature que dans le milieu aquatique !

J’aime pourtant l’eau et je nageais régulièrement la brasse il y a quelques années.

Mais comment dire ? Je n’ai pas la grâce de ces nageuses qui pratiquent la brasse coulée avec fluidité.

Non, moi je pratique le Beeswim : cela demande certes de l’endurance, car je peux enchaîner les longueurs. Mais côté style, c’est un peu plus critiquable : imaginez un chien qui pointe le museau hors de l’eau pour aller chercher le bâton que son maître a lancé. Eh bien cela peut vous donner une petite idée de la grâce avec laquelle je nage.

Quelques mauvaises expériences quand j’étais enfant, ainsi que des problèmes d’asthme et de sinusite chronique, ont amplifié mes appréhensions.

Mais certaines invitations ne se refusent pas…

groupe apnée.jpg

J’ai rencontré Morgan Bourc’his l’année dernière lors d’une conférence de presse et j’ai immédiatement apprécié sa sérénité et son humilité.

Quel meilleur professeur qu’un double champion du monde pour faire une initiation à l’apnée ?

Il ne m’en fallait pas plus pour faire le grand saut…

Un palmarès impressionnant

morgan.JPG

Morgan Bourc’his en mode espion de l’Atlantide…

Né en 1978 à Joué-lès-Tours (Indre-et-Loire), Morgan Bourc’his a toujours été attiré par le milieu aquatique : enfant, il a passé de nombreux séjours avec ses parents au bord de la Méditerranée.

S’il a délaissé quelques années les bassins pour se consacrer au basket, il a retrouvé ses premières amours à 22 ans en allant s’installer à Marseille.

Il accède au haut niveau en 2003 et participe à une compétition internationale.

Sa sélection avec l’équipe de France AIDA (association internationale pour le développement de l’apnée) en 2005 confirme son excellent niveau.

2008 est une étape décisive, car il devient Champion du Monde par équipe en Égypte avec Guillaume Néry et Christian Maldamé, ses fidèles partenaires de plongée.

Spécialiste des disciplines sans assistance et sans matériel considérées comme les plus pures et les plus exigeantes, il est multiple recordman de France et d’Europe en poids constant sans palmes, ainsi que Champion du Monde 2013 de cette discipline.

Morgan organise régulièrement des stages d’apnée, propose des séminaires scientifiques et des conférences de management et de team-building en entreprise.

Je vous invite à aller voir son site avec de superbes photos en cliquant sur le lien suivant : http://www.morganbourchis.com/

Une préparation optimale

Je vous rassure, nous n’avons pas immédiatement plongé dans la fosse de 20 mètres !

Nous étions six lors de cette session et Morgan nous a dans un premier temps interrogés sur nos rapports avec l’eau, l’occasion de me rendre compte de l’absurdité de la situation en ce qui me concerne : que vient faire une Beerunneuse claustrophobe et qui ne met jamais la tête sous l’eau à une initiation à l’apnée ? Qui plus est avec un champion du monde ?

Mais trop tard pour reculer !

Après avoir pris notre équipement (palmes et masque), nous avons eu droit à une petite séance d’étirements et d’exercices respiratoires basés sur la pratique du yoga : respiration abdominale, avec le diaphragme, respiration carrée, etc.

exosrespiration.JPG

                                                Séance d’exercices axés sur la respiration

Ce moment m’a paru essentiel pour apprendre (ou revoir pour les initiés) les bases concernant le souffle pour cette discipline, mais aussi pour se détendre : je pensais en effet ne pas pouvoir rester très longtemps sous l’eau, à cause de mes angoisses.

Nous avons ensuite pris notre matériel avant de nous jeter à l’eau : si les palmes ne m’ont posé aucun problème – je nage souvent avec en mer, mais avec la tête hors de l’eau !-, j’avoue avoir été moins à l’aise avec le masque Mares, qui était pourtant très adapté.

Première surprise : j’ai découvert qu’il fallait cracher dans le masque pour éviter la formation de buée sur les verres ! Pas très glamour comme premier geste !

masques-mares

Une fois le dégoût passé, je me suis transformée en Batbeerunneuse, une véritable chauve-souris aquatique !

batbeerunneuse.jpg

Descentes inoubliables

fosse vue d'en bas.jpg

Comme je vous le disais précédemment, j’ai plus l’habitude d’arpenter des sentes inoubliables lors de mes trails que de descendre au fond d’une fosse de 20 mètres, qui plus est remplie d’eau !

Ma première prouesse a donc été de mettre la tête sous l’eau avec un masque, sans avoir d’appréhension, puis de remonter à la surface sans suffoquer : une sorte d’euphorie m’a alors gagnée.

Nous sommes descendus dans un premier temps dans une fosse de trois mètres.

Dès le premier palier, j’ai préféré aller à mon rythme, laissant le reste du groupe composé de novices et de plongeurs aguerris.

Chose étrange : l’angoisse a rapidement cédé la place au plaisir !

Je réussissais à toucher le fond et à rester sans respirer sous l’eau ! Cela peut paraître incroyable pour bien des gens, voire ridicule, mais j’ai véritablement bravé ma peur.

Une fois que je me suis sentie à l’aise, j’ai rejoint le groupe dans la seconde fosse de cinq mètres. Morgan nous a alors parlé des différents paliers et des problèmes physiques qu’ils peuvent entraîner : maux d’oreilles, etc.

J’ai éprouvé au départ quelques problèmes pour aller au fond, mais l’échelle de la fosse a été d’une grande aide. Nouvelle victoire !

Il ne restait plus qu’un pas à franchir : se retrouver dans la fosse de 20 mètres !

Je ne vais pas faire la fière en vous disant que je n’ai pas du tout été impressionnée en me retrouvant à la surface de ce profond trou d’eau !

Mais pas le temps de céder à la panique : notre guide aquatique, après quelques explications concernant notre descente, l’utilisation du filin et les différents paliers, nous a immédiatement demandé de nous exécuter.

J’ai bien cru ne jamais pouvoir lâcher la bouée pour me tracter avec le filin afin d’amorcer ma descente !

beerunneuse-bouee

Mais Morgan et un plongeur aguerri nous ont rappelé les principes de respiration avant chaque descente, et étrangement, je me suis sentie à chaque fois plutôt détendue.

Je n’ai malheureusement pas pu descendre m’allonger telle une étoile de mer au fond de la fosse, ayant quelques soucis techniques avec les pincements de nez pour éviter les douleurs dans les oreilles qui peuvent devenir véritablement insupportables.

Ce n’est donc pas le souffle qui m’a fait remonter à chaque fois à la surface, mais bien les douleurs.

Mes impressions ?

J’ai vraiment adoré cette expérience qui m’a transportée : cet univers me paraissait véritablement aux antipodes de ce que je pouvais apprécier et je ne regrette pas d’avoir accepté de participer à cette expérience. Je ne suis plus fermée non plus au projet de me mettre un jour au triathlon.

Au bout d’un moment, j’étais tellement émerveillée et euphorique que je devenais irrassasiable : j’ai plongé jusqu’à la dernière minute et ai vraiment pris du plaisir.

Je n’ai qu’une envie : recommencer et atteindre le fond de cette fosse dans laquelle j’ai vu évoluer un athlète qui était en osmose complète avec le milieu aquatique.

Chaque descente de Morgan reflétait une sérénité certaine et était esthétiquement somptueuse à contempler.

Qui sait ? Peut-être transformerai-je un jour mes étoiles de Beerunneuse en étoiles de mer…

etoiles beerunneuse.JPG

Je tiens à remercier tout particulièrement l’organisatrice de cette session, Morgan Bourc’his pour cette belle découverte et sa disponibilité, mais aussi Karine, une blogueuse apnéiste (https://apneeaufeminin.wordpress.com/) pour ses superbes photos.

Si vous souhaitez réagir à cet article ou partager votre expérience, vous pouvez le faire en commentaire sur ce blog ou sur la page Facebook Beerunneuse.

#beerunneuse #trail #trailrunning #run #running #runners #runaddict #carperunem #apnee #swim #motivation #happy #carpediem #laviestbelle

Une soirée pleine de peps à Terre de Running…

                                        Cherchez la Beerunneuse dans ce groupe d’aficionados…

Les beaux jours commencent à laisser place aux frimas et aux averses.

Difficile parfois de se motiver pour sortir seule dans l’obscurité après une journée de travail intense !

Le magasin Terre de Running à Puteaux l’a bien compris et répond aux attentes de maints runners en organisant des Afterwork avec des testings variés. Vu le nombre de coureurs présents, la boutique a déjà ses aficionados !

Au programme de ce jeudi soir un run, des tests, du renforcement et du gainage – j’ai maudit Momo toute la journée ! -, des dégustations et… des massages !

Bonne humeur et professionnalisme sont au rendez-vous.

Retour sur une soirée mémorable pour nos abdos…

Des tests variés

Plusieurs partenaires proposaient une démonstration de leurs produits :

– la marque Hoka One One

J’avais eu l’occasion de tester une paire de cette marque la semaine précédente et en avais parlé dans un de mes articles auquel je vous renvoie : https://beerunneuse.com/2016/10/15/on-connait-la-chanson-au-km42/

Il est vraiment important d’être bien conseillée, car si lors du précédent test je n’avais pas apprécié le modèle que je trouvais trop lourd et manquant de dynamisme, j’en ai découvert un bien plus adapté à ma morphologie : la Clayton avec un amorti maximal et une stabilité optimale.

hoka clayton.jpg

Je les ai trouvées particulièrement légères et même si je n’ai guère eu le temps de vraiment les tester, j’ai plutôt eu une bonne impression.

De plus, je les trouve esthétiquement mieux abouties que certains autres modèles.

Mais comme je le dis souvent, affaire à suivre…

– la marque SKINS

manchons.jpg

Je ne vous parlerai pas une nouvelle fois des corsaires SKINS puisque j’ai déjà eu l’occasion de le faire dans un article précédent.

J’ai en revanche profité de cette soirée pour essayer les nouveaux manchons SKINS et je n’ai pas été déçue.

J’ai déjà essayé plusieurs modèles et marques de manchons, mais je n’en ai jamais trouvé de vraiment adaptés à ma morphologie : soit ils me serraient trop au niveau des mollets et je ne les supportais que sur quelques kilomètres, soit ils glissaient et je ressemblais plus à la danseuse de Flashdance qu’à une Beerunneuse.

J’ai été agréablement surprise en les enfilant : j’ai vraiment eu l’impression d’un prolongement de mon corsaire. Ils ne sont ni trop étroits, ni trop larges. La compression est juste parfaite et la matière très agréable.

L’accent a été mis sur les mollets et la zone des tibias pour une récupération maximum.

Je pense avoir enfin trouvé manchons à mes mollets !

https://www.skins.net/fr

– la marque STIMIUM

stimium.jpg

Il s’agit de sticks préconisés pour tous les types de sportifs, débutants ou confirmés, dans le cadre de la récupération : ils facilitent l’épuration des déchets toxiques produits dans les muscles lors de l’activité et relancent la production d’ATP au sein des cellules.

Ces sticks contiennent deux principes actifs : le malate et la citrulline qui permettent une récupération active.

Il faut savoir que ce produit a bénéficié de plus de quarante ans de recherches et est utilisé notamment par les marathoniens.

J’ai eu l’occasion de tester un stick et ai été agréablement surprise par son goût qui n’était pas trop sucré.

J’ai trouvé les explications intéressantes et songe à essayer ce produit, pourquoi pas sur un ultra.

Je vous invite à visiter leur site.

http://www.stimium.com/produit/mc3/

– les barres CLIF

Si vous ne les connaissez pas encore, je vous renvoie à l’un de mes précédents articles où je vous les présente.

Nous avons eu la chance de pouvoir bénéficier d’un ambassadeur ce jeudi soir et de pouvoir goûter de nouveaux parfums.

https://beerunneuse.com/2016/10/15/on-connait-la-chanson-au-km42/

Un entraînement très complet

Pas le temps de se refroidir lors des sessions dirigées par Momo, un gérant dynamique à Terre de Running !

Après la traditionnelle photo de groupe prise non sans risques – les photographes n’ont pas hésité à aller au milieu de la voie, arrêtant momentanément la circulation !-, nous sommes partis pour un footing nocturne d’une vingtaine de minutes, en direction du Bois de Boulogne, avec nos frontales.

run bois boulogne.jpg

                                             Footing à la lueur des frontales au Bois de Boulogne

L’occasion pour moi de découvrir une nouvelle expérience, car je ne me serais jamais aventurée seule, de nuit, dans cet endroit.

N’étant en région parisienne que depuis six ans, j’ai entendu maints mythes et légendes sur ce lieu à la nuit tombée, dont je ne préfère même pas éprouver la véracité…

J’ai même trouvé un certain charme aux gigantesques tours illuminées de La Défense !

Puis nous avons pris la direction du stade de l’île de Puteaux et là, les choses sérieuses ont vraiment commencé : notre gentil coach, qui s’était montré très discret jusqu’alors, s’est transformé en une véritable machine de guerre du renforcement musculaire !

Nous avons enchaîné non-stop des séries d’abdos, de gainage, d’accélérations, de burpees, de squats, de fentes, de ciseaux, de chaises, etc. pendant près de quarante minutes, sur un rythme poussé.

Deux jours après, mes abdos s’en souviennent encore !

Mais je dois bien l’avouer, j’ai adoré cette séance fort dynamique, où le cardio est monté en flèche. J’ai fini à plat sur le terrain synthétique, n’ayant plus aucune force pour la dernière série de burpees !

Momo a réussi a canalisé mon énergie de Beerunneuse, une véritable prouesse !

Nous avons terminé cette séance exigeante par un petit footing de récupération jusqu’au magasin.

Comme le dit l’adage, après l’effort est venu le réconfort.

So serenity, des massages adaptés aux sportifs

Après cette séance extrêmement dynamique, nous avons pu bénéficier d’un massage assis offert par une enseigne qui existe depuis quatre ans sur Puteaux : So Serenity.

massage.JPG

                                                             Une Beerunneuse en détente…

Deux professionnels très à l’écoute étaient présents lors de cette soirée et nous ont proposé un massage pour détendre nos muscles.

Effet immédiat et spectaculaire !

En à peine cinq minutes, ils parviennent à chasser un maximum de tensions.

J’ai vraiment apprécié ce moment qui permet de repartir serein après une bonne séance de running et de gainage.

Ma seule déception ?

Ne pas avoir gagné au tirage au sort qui permettait de bénéficier d’une heure de soins.

Je vous conseille vivement d’aller pousser la porte de cette enseigne qui propose un vaste choix de massages : bien-être, relaxation, lomi-lomi, pierres chaudes, balinais, shiatsu, etc.

https://www.facebook.com/soserenityrelaxation

Une soirée dans une ambiance très conviviale à renouveler dès que possible !

Si vous souhaitez réagir à cet article ou poser des questions, n’hésitez pas à le faire via ce blog ou sur ma page Facebook Beerunneuse.

#beerunneuse #trail #trailrunning #run #runners #running #runaddict #sessions #carperunem #carpediem #test #hokaoneone #stimium #clifbar #skins #terrederunning

 

 

On connaît la chanson au KM42 !

soirée hoka.jpg

Qu’y avait-il dans l’air ce jeudi soir à la boutique KM42 ?

Ce qui est certain, c’est qu’il y régnait une réelle euphorie, de celles qui vous font passer un agréable moment, dans une ambiance détendue, entre runners passionnés mais relâchés. Hors de question de se prendre la tête après le travail !

Les gérants de la boutique, Fabrice et Stéphanie, avaient d’ailleurs réuni toutes les conditions pour rendre le moment agréable, comme ils savent si bien le faire : testing des marques HOKA et Ceramiq, dégustation de gels GU et de barres

Retour sur une soirée fort animée…

Des produits de qualité

Pour cette session, la boutique recevait les ambassadeurs de plusieurs marques :

– HOKA ONE ONE

chaussures hoka.jpg

Difficile de ne pas trouver chaussures à son pied parmi tous les modèles proposés !

« Hoka » signifie dans la langue Maorie « planer sur terre », car l’idée est d’avoir l’impression de s’envoler à chaque foulée.

C’est bien là le concept qu’ont voulu donner à leurs chaussures les trailers français Jean-Luc Diard, Nicolas Mermoud et Christophe Aubonnet.

http://www.hokaoneone.eu

Exit les tensions musculaires !

Ils ont créé le concept oversize qui consiste à mettre plus de deux fois le volume d’EVA dans la semelle, en comparaison avec des chaussures de running classiques.

Résultat ? La semelle, surdimensionnée, procure un amorti exceptionnel, tout en apportant légèreté et stabilité.

Nous n’avons malheureusement pu expérimenter ces chaussures que sur quelques kilomètres et n’avons donc pas assez de recul, même si certaines parmi nous ont trouvé certains modèles un peu lourds – n’est-ce pas Isabelle ?

Personnellement, j’ai testé une paire de Clifton : l’esthétique et la largeur de la chaussure m’ont un peu surprise. Mais j’ai apprécié l’amorti, notamment sur les pavés.

L’ambassadeur n’ayant pas de paire à ma pointure, j’ai testé des chaussures pour hommes et j’ai eu l’impression qu’elles étaient particulièrement lourdes par rapport à mon gabarit.

Ce court essai ne me permet néanmoins pas d’émettre un avis significatif.

– CERAMIQ

http://www.ceramiq-wear.com/

ceramiq.jpg

Stéphanie, la gérante de KM42, avec un haut Ceramiq

Nous avons pu tous tester un haut de la marque CERAMIQ lors de cette session.

Je ne connaissais pas spécialement cette gamme, mais ai été séduite par le confort procuré par ces vêtements : pendant cette sortie, j’ai vraiment eu l’impression d’avoir une seconde peau.

Le tissu technique et doux au toucher est très agréable à porter.

Exit l’humidité qui est immédiatement absorbée grâce à a technologie Gold Reflect’Line® présente dans chaque vêtement !

Moi qui suis plutôt frileuse, je n’ai pas ressenti le froid, alors que je portais un tee-shirt à manches courtes.

Quant aux coloris, ils sont plutôt girly : alors moi je dis oui quand il s’agit d’associer confort, technologie et esthétique.

ceramiqq.jpg

                                                            Tee-shirts manches courtes Ceramiq

Une belle découverte que je risque d’adopter sur mes trails hivernaux !

– Gels GU et barres CLIF

Nous avons pu bénéficier d’un petit stand avec différentes variétés de gels de la marque GU et de barres CLIF.

www.guenergy.fr

http://www.clifbar.fr/

barres.jpg

N’utilisant personnellement pas de gels, je ne les ai pas testés : j’ai eu une mauvaise expérience qui m’a obligée à m’arrêter sur une course, à la suite de vomissements et de crampes d’estomac.

Depuis, je préfère les fruits secs, les produits à base de miel ou encore le pain du montagnard – j’y ai consacré un article : https://beerunneuse.com/2016/07/05/du-miel-pour-recharger-les-batteries/

J’ai néanmoins pris un gel pour le tester ultérieurement sur un entraînement.

Concernant les barres énergétiques CLIF, j’ai choisi de goûter celle aux amandes avec un nappage au chocolat : j’ai été agréablement surprise par la texture moelleuse, qui m’a fait penser à un morceau de gâteau assez dense.

Je ne sais si elle est facile à mâcher sur un trail, mais je la testerai prochainement sur une sortie longue et vous donnerai mes impressions – l’ambassadeur nous a offert une barre de notre choix. J’ai particulièrement aimé son goût et l’ai même trouvée gourmande.

Il me semble judicieux pour une course d’en faire plusieurs parts au préalable : la manger en une prise me paraît inenvisageable.

« Aux Champs Élysées… »

sur poteau.jpg

             Quand la Beerunneuse et la Pétillante Seytou escaladent les poteaux de la Place de l’Étoile…

Prenez une équipe de joyeux drilles réunis par leur amour du running, ajoutez un zeste de bonne humeur et de relâchement après une intense journée de travail, une avenue magnifique, et vous obtenez une session de running dynamique et enjouée, où se sont enchaînés différents medleys selon l’inspiration du moment et des lieux : « Aux Champs Élysées », « I believe I can fly » ou encore « Il est où le bonheur ».

Les touristes japonais, surpris, n’ont pas manqué de filmer notre joyeuse troupe qui déambulait en chantant sur les avenues prestigieuses menant à l’Arc de Triomphe.

Huit kilomètres de running ponctués par quelques montées de genoux et squats, car comme le dit si bien Stéphanie : « Il ne faut pas se refroidir ! »

Mais je tiens avant tout à remercier le groupe, car mon souhait était d’aller voir l’Arc de Triomphe illuminé et de profiter des somptueuses avenues éclairées.

Mes yeux ne se lassent pas, lors de ces sessions, de contempler chaque monument prestigieux, chaque coin de rue éclairé par une lumière diffuse, les grands bâtiments bordant les gigantesques avenues…

Certains cherchent une motivation avec l’arrivée des frimas ? J’ai trouvé la mienne !

Telle une enfant, j’attends avec impatience de découvrir, en courant, les illuminations de Noël…

arc triomphe.JPG

Si vous souhaitez poser des questions ou réagir à cet article, n’hésitez pas à le faire en postant un commentaire sur ce blog ou sur ma page Facebook Beerunneuse.

Nos échanges nourrissent nos pratiques…

#beerunneuse #trail #trailrunning #run #running #runners #session #training #fit #fitness #fun #plaisir #athleisure #carperunem #paris #carpediem #friends #marathon #footing

Le Trek des Gazelles, une fabuleuse aventure humaine

trek gazelles.jpg

Une nouvelle saison de course à pied débute et maints runners affûtent déjà leurs baskets en quête d’un meilleur chrono, tandis que d’autres, sans objectif de temps, s’apprêtent à participer à des courses solidaires.

Les femmes n’auront que l’embarras du choix au niveau des courses féminines, entre La Parisienne qui aura lieu le week-end du 11 septembre, Odyssea qui se déroulera au mois d’octobre, etc.

Mais un autre événement a particulièrement retenu mon attention en cette rentrée 2016-2017 : le Trek des Gazelles.

Cette marche solidaire concerne une cause qui me tient particulièrement et personnellement à cœur : les enfants malades.

J’ai eu l’immense honneur de rencontrer l’organisatrice de cette manifestation qui promet des échanges riches en émotions, des moments de partage, de retour sur soi, dans un cadre exceptionnel.

Un trek né d’une passion

Le Trek des Gazelles est né de la passion de Mélanie et de son compagnon Olivier pour la randonnée : ce dernier est tombé gravement malade en 2012, un cancer incurable qui a récidivé  et qui le privera d’une de ses jambes.

Qu’à cela ne tienne, il décide de vivre sa passion par procuration en créant un trek avec Mélanie pour soutenir les enfants atteints de cancer : le Trek des Gazelles naît, mais la maladie emporte Olivier le 7 août 2015, avant la première édition.

Mélanie, sa compagne, continue à faire vivre leur projet, en rassemblant chaque année des femmes de plus en plus nombreuses.

Quand voyage rime avec partage

Vous rêvez de partager une aventure 100% féminine, qui plus est pour une bonne cause ?

Alors le Trek des Gazelles est fait pour vous !

Réunissant des amies, des membres d’une même famille ou encore des collègues, cette marche est un bel exemple de solidarité, de découverte, de partage et d’engagement.

Du 2 au 6 octobre 2016, 120 femmes partiront découvrir un désert de pierres au Maroc, avec de somptueux panoramas lunaires : le désert Marrakchi.

Sur place, pas de chichis, mais un retour à l’essentiel : simplicité, découverte, rencontres et partage seront les maîtres-mots de cette aventure.

Pendant trois jours, un groupe de femmes parcourra quotidiennement de 15 à 20 kilomètres et dormira dans des bivouacs aménagés pour la circonstance.

Une aventure qui promet d’être inoubliable !

Petit plus cette année : des cours de yoga proposés chaque matin afin de retrouver un certain équilibre, et en soirée, des séances de méditation pour se recentrer.

 

Apporter son soutien aux P’tits Cracks

                   

Mais si cette randonnée revêt des apparences d’épreuve sportive, elle est avant tout solidaire : le trek a en effet comme objectif de contribuer à améliorer le quotidien des enfants atteints de leucémie ou de cancer.

Plus de 2500 enfants sont touchés chaque année en France par de telles maladies et mènent un véritable combat, parfois solitaire, pour entrevoir une éventuelle guérison.

L’association des P’tits Cracks, fondée en 2001 par Céline Charloux, contribue à aider les enfants et leurs familles dans ces moments difficiles : elle finance notamment du matériel médical pour améliorer les conditions d’hospitalisation ou accompagne les malades et leur entourage lors de leur reconstruction physique et psychologique. Cela se traduit par des sorties culturelles ou sportives, ou encore des séjours équestres dont les enfants sont friands.

600 enfants bénéficient chaque année de ces séjours, encadrés par des professionnels qui sont souvent bénévoles.

Le Trek des Gazelles soutient cette association et reverse des fonds afin de l’aider à financer ses projets. Ainsi, 40 euros du prix de l’inscription sont reversés, sans compter la totalité de l’argent collecté pour la vente de produits dérivés.

Envie de participer ?

Vous êtes convaincue et avez envie de participer à une aventure unique entre femmes, tout en soutenant une noble cause ?

Il reste encore des places !

N’hésitez pas à contacter l’organisation à contact@trekdesgazelles.com

Si vous voulez réagir à cet article ou poser des questions, vous pouvez laisser un commentaire sur le blog ou sur la page Facebook Beerunneuse.

 

 

 

 

Jeu-concours : soyez 5 à remporter le livre Athlètefood de Nicolas Aubineau

athlète food
Vous avez pu découvrir, si vous suivez mon blog, l’interview que j’ai publiée récemment avec Nicolas Aubineau, diététicien nutritionniste des sportifs, à l’occasion de la sortie de son livre Athlètefood aux éditions Mango.
Vous avez posé de multiples questions et avez été intéressés par ce sujet.
La maison d’édition m’a donc gentiment proposé d’organiser un jeu-concours afin de vous faire gagner cinq exemplaires de cet ouvrage fort intéressant.
Comment procéder ?
1. Il faut bien sûr être abonné à la page Facebook, Instagram ou au blog Beerunneuse
2. Vous devez liker ce post (et le partager si possible)
3. Pour finir, il faut répondre en commentaire (ou en message privé) à trois petites questions :
– avec quelle gamme Nicolas Aubineau a-t-il collaboré de 2008 à février 2016 ?
– citez deux titres de livres contenant le mot « running » publiés aux éditions Mango (vous découvrirez ainsi des nouveautés)
– j’ai posé, dans l’interview, une question concernant une habitude alimentaire dont je suis adepte. De quelle habitude s’agit-il ?
Pour vous aider à trouver les réponses, n’hésitez pas à consulter les sites suivants et à relire mon article !
Un tirage au sort qui aura lieu le 5 septembre 2016 déterminera les gagnants !
Bonne chance !
#beerunneuse #trail #trailrunning #nutrition #dietetique #nicolasaubineau #marathon #athlete #food #performance #alimentrion #runner #runners #running #semimarathon #hydratation #mangoeditions #jeu #concours #livre #happy