Sophie Laborde, créatrice de philtres naturels pour sportifs

stand

Depuis plusieurs mois, je poste des photos sur mon compte Instagram avec Sophie Laborde, dirigeante de la société « Oh! mon Jus » et il m’arrive bien souvent de la mentionner.

Si Sophie est l’un de mes gros sponsors sur l’Ultra Run Raramuri au Mexique, c’est avant tout une belle rencontre, il y a plus d’un an, alors que je tâtonnais encore pour introduire dans mon alimentation de sportive des choses naturelles et efficaces pour pallier une fatigue engendrée par de gros problèmes de santé.

Cette rencontre a réellement changé ma vision de sportive et mon quotidien : j’étais alors une adepte des green smoothies, mais j’ai découvert la pratique du juicing et tous les bienfaits des jus verts grâce à l’association judicieuse de légumes, fruits et super aliments.

Sophie est en effet une véritable magicienne de la santé naturelle !

Sa baguette magique ? Son extracteur !

Ses ingrédients ? Tout ce qui est vert, bio, naturel, sain et gourmand.

Mais si elle est capable de vous concocter un véritable philtre à base de légumes et de fruits pour vous apporter dynamisme et hydratation, elle a plus d’une corde à son arc pour nous accompagner dans nos quotidiens de sportifs.

Jugez-en par vous-même en la découvrant à travers cette interview orchestrée par la Bee…

Une interview pétillante…

sophie extracteur.jpeg

Sophie, peux-tu te présenter en quelques mots ?

Je suis Toulousaine, j’ai 45 ans et je vis entre Strasbourg, Paris et l’île de Ré. J’aime partager mes meilleures recettes de jus de légumes sur mon site www.ohmonjus.com et les faire déguster à celles et ceux qui décident de vivre la belle expérience des séjours de jeûne-détox que j’anime sur l’île de Ré. J’accompagne des sportives et des sportifs (marathon, trail, cyclisme…)  dans leur phase de préparation et de récupération sur les aspects de la nutrition et des rituels de bien-être – entrainements à jeun, jeûne intermittent, recettes de jus de légumes spécifiques. Riche de mes expériences et de mes enseignements en naturopathie et nutrition, je propose des consultations en naturopathie sur Paris et l’île de Ré.

 

Comment est née l’idée de créer « Oh! mon Jus » ?

Je voulais répondre à la question : comment retrouver sa vitalité originelle ?

Ma réponse est simple :

– une alimentation composée à 70% de légumes et fruits (crus, cuits à croquer, en smoothie, en jus)

– jeûner

– et rester en mouvement (sport, marche dynamique en allant au bureau, faire son ménage avec énergie…).

C’est donc assez naturellement que j’ai décidé de proposer des séjours de jeûne-détox en douceur avec des  jus de légumes et des randonnées quotidiennes sur l’île de Ré.

Afin d’accompagner celles et ceux qui m’interrogeaient, j’ai aussi décidé de commercialiser les deux modèles d’extracteurs que j’utilise moi-même : en fait, la meilleure façon d’augmenter la part de légumes crus dans ses apports alimentaires, c’est de les consommer sous forme de jus fraîchement pressés (en plus des crudités, des légumes crus et des fruits à croquer).

 

 

Comment recommandes-tu d’intégrer les jus au quotidien ?

Au départ, c’est la tête qui dit : « Bon il faut que je me fasse un bon jus », et rapidement c’est le corps qui le réclame.

Donc je conseille de boire un jus idéalement tous les jours en complément du petit déjeuner, ou mieux, 15 minutes avant le déjeuner.

Mais ce que j’observe, c’est plus un rythme de 1 jus tous les deux jours, et plus souvent le week-end.

Cela doit rester un grand plaisir de le préparer et de le consommer.

Choisir ses ingrédients, jouer avec les couleurs, les saveurs, les textures, c’est comme composer un tableau végétal (terme emprunté au grand chef de cuisine monsieur Alain Passard chez qui j’ai appris à mieux connaître les légumes et les herbes aromatiques en cuisine, dans son restaurant « l’Arpège » et dans ses jardins potagers).

Prendre le temps de presser chaque végétal choisi, ajouter quelques oléagineux pour assurer une bonne assimilation des vitamines et s’émerveiller des couleurs superbes qu’il est possible d’obtenir, il est là aussi le plaisir de faire soi-même.

Cette concentration de micro-nutriments soutient notre immunité (je reçois tellement de témoignages de personnes qui passent un hiver sans rhume depuis qu’ils ont adopté ce rituel bien-être), favorise le nettoyage de certains organes (le foie, les reins…) et nous apporte à chaque prise un regain de vitalité. Pour répondre simplement, il n’y a pas de règle, c’est à chacune et chacun d’être à l’écoute de ses ressentis afin de trouver la meilleure façon d’intégrer les jus de légumes dans son alimentation.

 

Tu préfères un extracteur horizontal ou vertical ?

J’ai longtemps utilisé seulement mon Juissen 2, l’extracteur de jus vertical le plus « compact-solide-performant-simple d’utilisation ».

Comme de nombreux professionnels s’adressent à moi pour des idées de recettes de jus pour leur carte, ils m’ont sollicitée pour du matériel professionnel et c’est sur un modèle horizontal que mon choix s’est porté : l’Angel 7500, connu pour être le meilleur extracteur professionnel du marché. Donc pour un usage professionnel, je recommande l’horizontal, et pour un usage familial, le vertical qui est très compact et plus simple d’utilisation.

 

Avec quels types de partenaires travailles-tu ?

Mes partenaires qui recommandent les services et produits « Oh! mon Jus » sont des professionnels de santé (osthéopathes, homéopathes, naturopathes…), des coach sportifs ou coach de vie, des blogueuses pro (comme la Beerunneuse) et quelques magasins bio indépendants.

Je travaille même avec deux pharmacies qui ont décidé de proposer des alternatives naturelles.

Ces partenaires me permettent de croiser et de satisfaire plus de clients dont les attentes sont communes : retrouver sa vitalité originelle.

 

Tu proposes également des séjours de jeûne-détox sur l’Île de Ré, peux-tu nous en dire un peu plus ?

photo ile de re.jpeg

J’accompagne celles et ceux qui souhaitent faire une vraie pause douceur, prendre le temps de respirer et de se régénérer.

J’accueille des groupes de maximum 10 personnes dans une maison à Sainte-Marie de Ré, posée à quelques pas de l’océan.

Le programme est simple : des jus de légumes fraîchement pressés, des séances de yoga, de stretching, de méditation, des randonnées sur l’île de Ré, des massages ainsi que des ateliers-conférences pour s’initier à l’art de prendre soin de soi.

Les participantes et participants se sentent plus légers, sur le plan physique et émotionnel aussi, ils retrouvent leur vitalité originelle et, pour certains d’entre eux, se débarrassent de certaines pathologies (hypertension, diabète, mauvais cholestérol).Je vous incite d’ailleurs à aller lire leurs témoignages.

Le plus épatant, c’est qu’ils repartent tous avec la furieuse envie de prendre des jus fraîchement pressés le plus souvent possible et de poursuivre les bienfaits du jeûne par une pratique plus régulière tout au long de l’année comme le jeûne hebdomadaire – 1 jour de jeûne par semaine – ou le jeûne intermittent – 16h de jeûne et des prises alimentaires sur une plage horaire de 8h.

 

Qui vient participer à ces séjours ?

Ce sont majoritairement des femmes, mais de plus en plus de sportifs viennent faire un séjour pour nettoyer leur corps en profondeur, favoriser une bonne réparation des tissus très intensément sollicités et parfois abîmés par les entraînements, les compétitions ».

J’accompagne aussi beaucoup de femmes très actives, qui sont sous pression (famille, job, amis…) et qui ont envie d’être enfin chouchoutée pendant une semaine.

Puis il y a aussi toutes ces personnes qui prennent conscience du lien entre leur état de santé et le temps qu’elles consacrent à prendre soin d’elles-même. C’est à partir de 35/40 ans qu’elles viennent trouver ce chemin en séjour de jeûne-détox.

 

Quel est ton jus vert préféré du moment et ses vertus ?

En fait, j’ai du mal à choisir entre deux jus verts :

  • Brocoli, fenouil, graines germées Alfalfa, orange, citron bergamote, noix de cajou et gingembre. Il a une couleur vert tendre et il me permet de profiter des derniers citrons bergamote, avec sa saveur si douce et gourmande. Il est gorgé d’antioxydants, de minéraux et de vitamine C.
  • Céleri branche, mandarine, citron vert, gingembre, le jus des sportifs que je recommande pendant l’effort en le diluant dans sa gourde, ou juste après l’effort. Ce jus permet de bien gérer l’hydratation, du fait de la concentration de sodium organique dans le jus de céleri (maintien du calcium en solution et fluidité du sang). Très riche en vitamine B9, le jus de céleri s’associe au fer et ensemble ils permettent la formation des globules rouges.

 

Si tu devais résumer « Oh ! mon Jus » en trois mots…

Joie, vitalité et douceur.

detox ile

Merci Sophie pour ces réponses et ces conseils précieux, mais aussi pour m’accompagner dans mon aventure mexicaine lors de laquelle il ne faudra pas que je manque de jus.

Si vous souhaitez réagir à cet article ou le commenter, vous pouvez le faire via ce blog, sur mon compte Instagram ou sur ma page Facebook Beerunneuse.

 

 

 

 

 

 

Boa, la gourde détox pour se mettre APOAL !

boa.jpg

Ce n’est plus un secret : la Bee est une adepte des jus verts fraîchement pressés qui sont source de vitamines et de plaisir d’un point de vue gustatif.

Mais il n’est pas toujours possible d’emporter son extracteur sur ses courses, même si dans l’absolu, je préfère le glisser dans ma valise que d’emporter des choses souvent inutiles.

Je m’en suis rendu compte notamment lors du Half Marathon des Sables : avec un sac dans lequel vous portez toute votre vie pendant quatre jours – et encore, une vie réduite à l’essentiel ! – il n’y a pas de place pour votre appareil, si compact soit-il.

J’ai donc bu mon dernier smoothie de condamnée – l’hôtel Las Playitas par chance en proposait – avant de me diriger vers le bivouac.

Pendant les quatre jours de course, j’ai pris conscience d’un réel manque : ce n’est ni le café, ni un autre aliment qui m’a manqué, mais bel et bien ma dose quotidienne d’énergie et mon rituel healthy.

Il est fort dommage à ce moment-là que je n’aie pas connu l’existence des gourdes BOA, car j’en aurais certainement glissé une ou deux dans mon sac fort rempli.

Mais mon expérience de Bee carencée en jus verts m’aura au moins permis de rencontrer à mon retour ce fabuleux partenaire dont je vais vous parler dans ce billet.

Cet article pourra d’ailleurs vous intéresser à double titre, car s’il s’adresse aux sportifs qui cherchent une boisson healthy à emporter sur des courses, des treks, randonnées ou autres, il peut aussi interpeller ceux qui ont fait quelques excès pendant les fêtes et souhaiteraient faire une petite cure détox pour pouvoir régénérer leur organisme…

Une famille loin d’être gourde

mamanetmoi-1426168758

Prenez une mère, Chantal, gérante d’un domaine viticole bio, et sa fille déterminée, Virginie, qui croit fermement en ses projets, et vous obtenez un concept génial et healthy.

En 2010, la première a l’idée de concocter des recettes originales de jus de fruits et de légumes bio qu’elle veut gourmandes, naturelles et saines.

Après 18 mois de recherches, elle trouve une association juteuse de quatre ingrédients : la pomme, le raisin blanc, la carotte et la betterave.

Inutile de vous dire que tous ces composants sont bio, qu’il n’y a aucun conservateur, ni colorant, et qu’on a bien 100% de jus.

Une vraie mine de vitamines et de nutriments !

Quant au concept de la gourde, il est arrivé plus tard : mais avouons-le, quand on est accro aux jus et qu’on ne peut s’en passer même sur les ultras, c’est une trouvaille exceptionnelle !

Elle se glisse en un rien de temps dans un sac à main avant d’aller au travail, ou dans le sac de sport avant d’aller faire sa séance de fitness ou de yoga.

Tant va la gourde à la bouche qu’à la fin elle hydrate

gourde récompense.jpg

Cette petite gourde vous laisse perplexe – je parle de l’objet, bien sûr – ?

Rassurez-vous, moi aussi je l’ai été lorsque la marque m’a contactée à mon retour du Half Marathon des Sables, mais j’ai tout de suite été séduite par l’humour qui se dégage de ce produit décalé – je vous laisse découvrir le packaging qui est tout simplement énorme, mais je ne vous en dis pas plus – et par la composition des jus.

Une petite devinette avant de vous en parler : savez-vous ce que signifie BOA ?

Vous donnez votre langue au chat ?

Boisson originale et authentique.

Vous vous demandez certainement quelles sont les vertus de ces gourdes ?

Elles sont multiples, selon les ingrédients qui les composent.

On nous rebat les oreilles sur bien des spots publicitaires avec le fameux slogan « Mangez cinq fruits et légumes par jour ».

Malgré cela, bien des gens ont du mal à introduire cette notion dans leurs pratiques alimentaires.

Or cette petite gourde va être une alliée idéale pour tenter de relever ce défi végétal, un véritable complément.

Boire permet de s’hydrater, une évidence qui est aussi essentielle pour les sportifs.

La petite gourde contient 20 cl d’un précieux nectar de jus vert – soit une des doses journalières conseillées par l’OMS composé de quatre ingrédients essentiels avec des vertus antioxydantes, diurétiques, purifiantes et détox.

Plusieurs recettes devraient naître dans les mois à venir avec des noms aussi dingues que la première, « Apoal ».

Il devrait y avoir « Ematé », « Traissin » ou encore « Téacro », mais je laisse un peu de suspense quant à leur composition.

Quid de mes impressions pour la première recette ?

Un excellent cru, foi de Bee !

J’avais peur que le goût de la betterave soit trop prononcé, mais il n’en est rien : j’ai pu constater un harmonieux équilibre entre les différentes saveurs.

Une gourde qui se plie en quatre

glaciere boa

Ces petites gourdes souples recèlent vraiment de subtilités : pour aller au bout de leur démarche bio, Chantal et Virginie ont voulu concevoir un emballage recyclable.

Elles proposent ainsi des idées pour recycler vos gourdes à la maison.

Une fois utilisée, ne les jetez pas, car elles peuvent encore vous servir à créer des objets auxquels vous n’auriez jamais pensé : trousse, pot, mini-glacière, vous trouverez des idées surprenantes pour les transformer en suivant la page Facebook ou le compte Instagram.

La détox BOA pour se dégourdir

gourde gainage.JPG

Après les fêtes, souvent synonymes d’excès, chacun y va de ses petites astuces pour éliminer les kilos accumulés ou retrouver un peu d’énergie.

Ces jus peuvent être un excellent moyen de faire une diète : pendant 72 heures, il s’agit de nettoyer le système digestif qui est mis au repos et d’éliminer les toxines.

Une véritable vidange de notre corps si vous préférez !

Riche en vitamines, en antioxydants et pauvre en calories, la pomme est un ingrédient idéal pour ce genre de pratique : cela tombe bien puisque les jus BOA en contiennent en grande partie.

Comment procéder pour faire une diète BOA ?

Vous avez de la chance, Virginie m’a confié la démarche :

Petit-déjeuner = 1 verre d’eau chaude ou tisane + gourde BOA
Collation 11h : 1 gourde BOA
Déjeuner : 1 tisane + 1 gourde BOA
Goûter : 1 gourde BOA
Dîner : 1 tisane + 1 gourde BOA
et on répète ce rituel pendant 3 jours.
Il existe bien évidemment des contre-indications comme pour toute diète qui peut entraîner de la fatigue, des changements d’humeur ou des carences.
Il importe donc de bien se renseigner avant de commencer une telle démarche et de ne pas confondre diète et régime.
Personnellement, j’utilise ces petites gourdes lorsque je pars en sortie longue ou sur mes trails et elles ne me procurent que du bonheur.
Elles se glissent parfaitement dans les poches de mon tee-shirt Ultra Carrier Shirt !

Convaincue par le dynamisme et l’énergie qu’elles m’apportent, j’en consomme régulièrement quand je n’ai pas le temps ou la possibilité de me presser un jus frais.

Une gourde ne coûte que 2,50 euros ce qui est tout à fait honnête quand on voit le prix d’un jus dans certains restaurants healthy.

Vous pouvez les commander par lots, sur le site, en cliquant sur ce lien : BOA.

Pour clore cet article, je tenais à remercier l’équipe de Boa qui m’a nommée amBOAssadrice, un titre que je suis fière de porter.

Si vous souhaitez me poser des questions ou réagir en ce qui concerne l’article, n’hésitez pas à le faire en commentaire sur ce blog, via ma page Facebook Beerunneuse ou mon compte Instagram du même nom.

 

Half Marathon des Sables : dans le sac de la Bee ! Part I : le garde-manger

sac marathon.jpg

Envie de découvrir les petits trésors qui se cachent dans mon joli sac de Bee du Marathon des Sables ?

Comme je vous l’annonçais dans l’un de mes derniers posts, je vous propose cette semaine de découvrir les différents éléments que je vais porter dans ma maison de fortune, pendant quatre jours, sur mon dos.

Je sens que je vais vous faire rêver : comme dirait l’autre, « Âmes sensibles s’abstenir ».

J’ai choisi de vous présenter aujourd’hui les petites douceurs que je grignoterai pendant ma course.

Je tiens à préciser que ce sont mes propres choix. Je remercie par ailleurs sincèrement les marques qui ont décidé de m’accorder leur confiance.

Plusieurs paramètres sont à prendre en compte pour une Bee :

  • le poids : il ne faut pas oublier qu’outre le matériel obligatoire, nous devons porter un sac de couchage, nos affaires personnelles, etc. Il faut donc limiter les emballages lourds et les produits,
  • une alimentation naturelle : cette semaine s’annonce sur ce point une véritable épreuve. J’ai certaines intolérances depuis l’enfance et dois faire attention. Je fais également la chasse aux substances chimiques qui composent les produits énergétiques,
  • le plaisir gustatif : les efforts vont être intenses, il sera donc important d’avoir à la fois des produits qui fournissent de l’énergie, mais qui procurent aussi un certain plaisir.

Depuis plusieurs mois, je teste des aliments et des boissons sur mes différentes courses. J’ai eu de véritables coups de coeur : je les trouve excellents, gourmands, et les assimile vraiment bien. Ils semblent de plus m’apporter toute l’énergie dont j’ai besoin.

J’ai donc tout naturellement voulu les emporter dans ce périple…

Fruit4fit, des snacks sains et naturels

fruit4variete

J’ai découvert ces petits snacks à l’occasion du Salon du fitness : en parcourant les allées, je ne voyais que des produits dédiés à la gonflette, hyper protéinés et fort chimiques.

Le stand a immédiatement attiré mon attention, car le mot « naturel » se démarquait.

Un accueil chaleureux, des réponses à mes questions pressantes, une dégustation variée, il n’en fallait pas plus pour séduire mes papilles de Bee !

Ces snacks, élaborés avec l’aide de nutritionnistes et de coaches, répondent aux besoins des sportifs et respectent les principes de la chrono-nutrition.

Ce que j’aime par-dessus tout, c’est leur composition : ils correspondent en tous points à ce que consomme une Bee !

Des fruits, des légumes, des oléagineux, des graines, des épices et des super-aliments, que demander de mieux ?

Leur plus ? Ils ne sont pas trop sucrés, contrairement à bien des produits énergétiques proposés.

La marque Fruit4fit propose trois gammes en fonction de nos objectifs de sportifs : muscu, endurance et slim. Chaque snack se consomme à un moment précis en fonction des efforts fournis.

Des pictogrammes très simples nous aident à respecter ces principes.

J’apprécie particulièrement le format de ces snacks, faciles à emporter et à ouvrir.

Leur goût est exceptionnel : mention spéciale au « refuel » pour la récupération et à « l’IG Control » qui sont mes petits chouchous !

Faciles à déguster, je suis certaine qu’ils m’apporteront réconfort, satiété et énergie lors de mon périple…

Mulebar, un plaisir gourmand

mulebar.jpg

Quel comble pour une Bee qui sera chargée comme une mule d’avoir la chance de pouvoir déguster des produits Mulebar !

Hors de question de partir sans ces barres que j’ai découvertes il y a plusieurs mois et dont je vous ai déjà parlé dans l’un de mes articles dont voici le lien : cliquez ici.

J’ai en revanche sélectionné certains parfums que j’apprécie particulièrement : « lemon and ginger », « apple strudel » et « raspberry blackcurrant ».

J’avais testé quelques barres en récupération qui seront ma petite récompense gustative après chacune des étapes !

Les goûts inédits et les textures avaient séduit mon palais de Beerunneuse.

Les étuis colorés des produits ne manqueront pas de me redonner du peps dans les étendues désertiques de Fuerteventura !

Mé-Mé, des boissons qui n’ont rien de pépère

mém

Ne vous y fiez pas, le nom est trompeur !

Il ne s’agit pas de la dernière tisane à la mode consommée par les cercles de seniors, mais de boissons saines et biologiques pour les sportifs et les actifs.

Elles sont toutes élaborées à base de thé vert Matcha, d’eaux végétales ou de sources et très légèrement dosées en fructose pour booster et détoxifier l’organisme avant, pendant et après une séance de sport ou tout au long de la journée.

Je sais ce que vous allez me dire : « Mais ça va être lourd à porter pendant quatre jours ? »

Je vous rassure, j’ai choisi seulement deux d’entre elles, en fin stratège :

  • l’endurante : elle se consomme fraîche environ une heure avant la course. Je la boirai donc avant le départ de la première étape et en emporterai une bouteille pour le jour de l’étape longue. Elle est composée de menthe et de sucre de raisin : j’apprécie particulièrement sa fraîcheur.
  • l’hydratante : composée à 97% d’eau de bouleau, elle a un effet détox et favorise l’élimination de l’acide lactique, elle est donc excellente en récupération.

J’adore le thé Matcha et apprécie donc ces boissons aux goûts originaux.

Ce sera un réel plaisir de les déguster avant et après l’effort !

Je vous ai livré mes premiers petits secrets de Bee qui seront tassés dans mon sac d’aventurière.

Je vous donne rendez-vous demain pour vider une autre partie de mon sac…

Si vous souhaitez réagir à cet article, partager votre expérience ou simplement faire un commentaire, n’hésitez pas à le faire sur ce blog, sur ma page Facebook Beerunneuse ou sur mon compte Instagram Beerunneuse.

 

 

 

S’alimenter sur le Half Marathon des Sables, une interview exclusive de Nicolas Aubineau

half

Dans quelques semaines, nous serons environ 500 à prendre le départ du Half Marathon des Sables, la première édition très attendue d’un ultra trail à Fuerteventura, une des îles Canaries.

Nous parcourrons plus de 120 kilomètres sur des étendues désertiques : sable, cailloux, montagnes, chaque aventurier trouvera son compte lors de cette magnifique expérience.

Mais depuis plusieurs jours, une question existentielle taraude la Bee, plus que sa condition physique : l’alimentation.

N’ayant en effet connu aucune expérience de ce type, la perspective de passer quatre jours en complète autonomie m’effraie : nous devons respecter un nombre de calories qui sera contrôlé chaque jour, gérer notre quantité d’eau…

Nous devons anticiper les quatre jours, car le principe de cette course est que notre sac contiendra tout notre garde-manger : point de ravitaillement prévu sur ce challenge à étapes.

Pour aborder au mieux ce défi, je me suis donc rapprochée d’un professionnel de la nutrition que j’avais déjà interviewé : Nicolas Aubineau.

Auteur de plusieurs livres consacrés à la nutrition du sportif, j’ai pensé que c’était la personne idéale pour répondre à quelques-unes des questions d’une Bee un peu perdue…

Une interview riche en conseils

Pour aider votre lecture, j’ai mis mes questions en bleu et en gras : elles sont bien entendu suivies des réponses de Nicolas.

Nicolas, quel type d’alimentation conseillerais-tu sur une telle course ?

Il faut tenir compte de plusieurs paramètres, notamment du poids du sac qui va contenir déjà un certain nombre d’éléments obligatoires : réchaud, popote, boussoles, sac de couchage…

Il importe donc de ne pas trop se charger. Il faudra d’ailleurs certainement reconditionner les plats achetés pour gagner quelques centaines de grammes.

Je conseillerais plutôt les plats lyophilisés qui sont un peu plus chers que les déshydratés, mais qui ont une durée de stockage plus importante et une qualité des vitamines intéressante.

On garde le goût et la texture des aliments, il n’y a pas de déformation des produits.

L’hydratation est essentielle sur cette course, mais comment la gérer au mieux ?

Sur les courses de ce type, l’alimentation est essentiellement liquide : il faut compter entre 1 à 2 litres par heure, entre la chaleur et le vent.

Le reste de l’alimentation sera constitué pendant la course surtout de barres et de fruits secs. Il est important aussi d’essayer de manger des oléagineux qui apportent des nutriments intéressants.

Sur de telles épreuves, on perd énormément de sodium et de potassium, il faut donc faire des apports en conséquence : les boissons de l’effort peuvent être intéressantes car elles sont bien calibrées. On peut éventuellement y ajouter de la fleur de sel pour compenser les pertes.

Certains coureurs utilisent des pastilles de sel pendant l’effort, mais il ne faut pas trop en abuser.

Pour les pertes en potassium, il peut aussi être intéressant d’amener des bananes séchées sur la course.

Quel menu type quotidien conseillerais-tu sur une telle épreuve ?

Il faut prendre des forces pour aborder les épreuves et faire attention car un nombre de calories journalier est demandé.

Manger un muesli le matin, une ou deux heures avant le départ, est intéressant : c’est digeste, souvent enrichi et bourré de vitamines.

Selon les goûts et pour en faire un moment plaisir et gourmand, on peut y ajouter des fruits secs ou des graines. On en trouve dans certaines marques enrichis en vitamines et en protéines.

Pendant la course, l’alimentation sera donc essentiellement liquide comme nous l’avons dit précédemment.

À l’arrivée, il faut essayer de prendre un genre de collation ou un repas.

Le soir, on peut faire un repas « normal ».

As-tu quelques astuces à nous donner ?

viande

Il existe un produit intéressant : la  viande séchée. Non seulement c’est un bon produit, gourmand, mais il permet des apports en protéines et sel.

Sinon, je propose un certain nombre de recettes dans mon nouvel ouvrage « Trail, Coaching nutrition.

Je conseille également de prendre des probiotiques avant ce type de compétition pour éviter les troubles digestifs qui pourraient survenir.

Merci Nicolas pour toutes ces astuces bien utiles !

Vous pouvez également retrouver d’autres conseils sur le site de Nicolas Aubineau qui a consacré tout un article sur la nutrition pendant le Marathon des Sables.

Un ouvrage riche en conseils

trailnico.jpg

Je suis allée immédiatement après notre entretien téléphonique faire ma curieuse : j’ai découvert le livre très complet de Nicolas sur la nutrition des traileurs.

Aurélia Truel, membre de l’équipe de France championne du monde de trail, a co-écrit l’ouvrage.

Le sommaire est riche et propose d’aborder la nutrition du traileur avant, pendant et après la course.

trail sommaire.jpg

Ce que j’aime dans cette collection de livres sur la nutrition, c’est que chacun peut y trouver son compte : il n’y a pas de vérité unique, mais des conseils variés, chaque coureur étant bien différent.

Une mention spéciale pour les recettes qui sont saines et naturelles.

Deux chapitres ont attiré immédiatement mon attention de Bee : celui sur « le placard idéal » du traileur et celui sur l’hydratation.

À découvrir absolument pour revoir ses fondamentaux !

 

Si vous souhaitez réagir à cet article ou faire un commentaire, n’hésitez pas via ce blog ou sur mes pages Instagram et Facebook Beerunneuse.

Quand les sportifs se mettent au jus

shutterstock_246712516.jpg

« Mais où la Beerunneuse va-t-elle chercher autant d’énergie et de joie de vivre ? », « Quel dynamisme ! Comment fais-tu ? »

Ces questions reviennent bien souvent dans la bouche de mes proches et de mes followers. Je dois bien l’avouer, cela me ravit !

Il est donc temps aujourd’hui de lever le voile sur mon petit secret, qui n’en est d’ailleurs plus vraiment un : mes divers posts sur Instagram et Facebook depuis près d’un an sont de véritables indices.

Je suis une « green addict » et je le revendique !

S’il y a bien une habitude dont je ne pourrais me passer actuellement, c’est de boire mes petits verres de jus fraîchement pressé.

Un pur concentré de plaisir !

Mes rencontres avec des diététiciens, des passionnés et des sportifs de haut niveau, ainsi que mes lectures, n’ont fait que confirmer tous les bienfaits que l’on pouvait espérer en attendre.

Je vous proposerai, au fil des semaines, quelques articles consacrés à cette habitude healthy qui a considérablement amélioré ma vie…

Genèse de ma green attitude

 

Mon histoire d’amour avec les green smoothies et les jus a véritablement commencé avec ce blog et ma reprise de la course à pied : une hospitalisation des plus éprouvantes, l’année dernière, avait donné lieu à une conversation avec mon médecin.

À la suite d’une hémorragie, ma santé et ma forme s’étaient fortement dégradées. J’avais donc dû mettre entre parenthèses l’activité physique, un passage difficile pour une « pile » comme moi.

Ressentant une grande fatigue, j’ai demandé un jour à mon médecin des vitamines pour me donner un petit coup de pouce. Sa réponse, sur le moment, m’a choquée et sonne pourtant aujourd’hui comme une évidence : « Non, je ne te donnerai pas de vitamines. Tu es sportive et tu t’intéresses à la nutrition. Tu peux trouver toutes les ressources dont tu as besoin dans ton alimentation.« 

Qu’à cela ne tienne !

J’ai commencé à me renseigner, à lire sur le sujet, et ai entendu parler par le biais d’une maman de l’école du challenge « green smoothies ».

Un véritable déclic !

Je ne vous apprendrai rien, en vous disant qu’en recouvrant la santé, on se sent plus heureux !

Je vous invite d’ailleurs à découvrir ou à relire cette expérience dont j’ai parlé dans plusieurs articles sur ce blog : https://beerunneuse.com/2016/03/29/prete-pour-la-green-attitude/, https://beerunneuse.com/2016/03/31/demain-on-se-met-au-vert/ et bien d’autres…

Mais l’aventure ne s’est pas arrêtée là : dans mes lectures étaient souvent mentionnés les jus verts, qui avaient a priori plus de qualités nutritionnelles que les smoothies.

Green smoothies VS jus verts

shutterstock_398259532.jpg

Il n’y a pas véritablement de match pour moi, car ces deux habitudes sont à la base healthy : elles permettent de consommer des fruits et des légumes qui sont riches en nutriments, vitamines et minéraux.

Néanmoins, elles ne nécessitent pas le même matériel et les bénéfices sont quelque peu différents.

Au début, ne sachant pas si j’allais véritablement me faire au quotidien des smoothies, j’ai investi dans un petit blender : on en trouve de bon marché. Mais on se rend compte qu’il est essentiel d’investir très vite dans un plus performant, avec une puissance de 1000 watts et un système de lames efficace. Le système reste assez bruyant.

Il faut en général peler les fruits dont la pulpe est mixée : on obtient une boisson assez épaisse, nourrissante. Je la trouve notamment intéressante pour le petit-déjeuner, car elle donne une impression de satiété. Elle contient beaucoup de fibres, ce qui aide le corps à éliminer.

Mais mon attention s’est vite portée sur les extracteurs qui me semblent plus intéressants : les livres que j’avais achetés à ce sujet étaient vraiment élogieux, notamment en ce qui concerne la préservation des vitamines et l’oxydation.

On peut grâce à ce système élaborer des jus bourrés de vitamines et de minéraux. Le plus de ces jus ? Les nutriments pénètrent en quelques minutes dans le sang, ce qui permet de faire en un temps record le plein d’énergie.

Deux arguments au départ peuvent freiner quant à l’utilisation d’un extracteur : son coût et son utilisation, notamment son nettoyage qui n’est pas toujours évident.

Mais je pense avoir trouvé la perle rare et ne suis pas la seule à le penser, et comme les bons plans se partagent…

Juissen 2, vitamines garanties

extracteur

Pas facile de trouver le bon extracteur quand on commence à s’intéresser un peu au marché !

Mais il faut bien réfléchir avant de se lancer. Comme je ne savais pas trop quelle utilisation je ferais du mien, j’ai préféré opter pour un modèle qui ne soit pas trop onéreux…

Je l’ai bien vite regretté, car essayer les jus verts, c’est les adopter !

J’ai acheté un modèle sur internet que j’avais vu auparavant dans un magasin connu d’électroménager.

Mais j’ai très vite apprécié cette habitude quotidienne, constatant rapidement les bienfaits : regain de vitalité, bonne humeur – donc bonheur, je n’ai pas eu les petites maladies saisonnières habituelles (rhumes, gastroentérites, etc.), et surtout, toute la famille s’est mise au vert, en remarquant tous ces bénéfices !

Exit les réticences du début concernant le goût ou la texture !

Sans le lui dire – il ne faut tout de même pas exagérer, je fais consommer à mon fils des épinards, du chou, du céleri, etc. et il réclame même un autre verre ! Pour information, il n’a que sept ans !

Si pour moi-même je concocte des jus avec une grande proportion de légumes, j’utilise pour lui davantage de fruits, et surtout, j’en mets des colorés pour éviter que le breuvage ne soit trop vert !

Mais mon appareil a très vite montré des signes de faiblesse, liés certainement à une utilisation régulière.

Et la rencontre avec un ultra trailer expérimenté, Nicolas Arbib, lors d’un stage, m’a permis de découvrir un modèle haut de gamme abordable, qui respecte surtout les vitamines grâce à un processus de pressage lent : le Juissen 2.

atelier-jus

Cette démonstration était à la base pour nous faire découvrir les bienfaits des jus sur nos performances sportives : n’ayant aucun doute à ce sujet, j’ai surtout été séduite par l’utilisation de son extracteur qui m’a paru simple d’utilisation, facile à nettoyer, et conservant tous les nutriments des fruits et des légumes.

Son plus ? Il est garanti 7 ans au niveau du moteur (le mien l’est seulement un an et montre déjà des signes de faiblesse) et a également une garantie étendue pour les pièces. Un plus quand on a une utilisation quotidienne !

Un autre atout non négligeable est qu’il est conseillé par les sportifs de haut niveau et les professionnels de la santé naturelle. Il n’en fallait pas moins pour me laisser convaincre !

extracteur

Je vous l’ai présenté plusieurs fois avec des posts sur Facebook et Instagram, car bien sûr, il a intégré ma cuisine ! Compact et efficace, simple d’utilisation, il ne pouvait en être autrement.

Cerise sur le gâteau : le blog Beerunneuse est ravi d’être partenaire depuis quelques semaines avec le site Oh! mon Jus http://www.ohmonjus.com dont je vous parlerai très bientôt, qui préconise cet extracteur.

Qu’est-ce que cela veut dire ? Si cet achat vous tente, vous pouvez revenir vers moi pour profiter d’un tarif préférentiel – 325 euros – et surtout, de cette fameuse garantie de 7 ans, qui est un argument important quand on sait combien notre électroménager peut être fragile.

juissen

Si vous avez des questions ou si vous souhaitez faire part de vos remarques, n’hésitez pas à le faire via ce blog ou sur la page Facebook Beerunneuse.

N’hésitez pas à me contacter si vous êtes intéressé par l’acquisition d’un extracteur !

#beerunneuse #trail #trailrunning #run #running #runners #runaddict #nutrition #sport #healthy #sante #dietetique #performance #carpediem #vitalite #lavieestbelle

 

Exior, le mix équilibré pour atteindre l’or

exior.jpg

De plus en plus de runners commencent à établir un lien entre leur nutrition et leurs performances, allant même parfois jusqu’à changer de régime alimentaire.

Ainsi, que ce soit par choix, pour suivre un phénomène de mode ou contraints par des problèmes de santé, beaucoup ont banni de leur alimentation le gluten.

Mais il reste difficile aujourd’hui de manger sans gluten : en effet, bien des aliments (charcuterie, pain blanc, plats industriels…) contiennent cette protéine présente dans le blé, le seigle et l’orge.

Lorsque j’ai commencé à courir en club, l’un des entraîneurs spécialisé en nutrition, Michel, est resté perplexe en apprenant mes problèmes de santé remontant à l’enfance, qui avaient un impact sur ma pratique sportive.

Il a immédiatement établi un lien avec le gluten – je tiens d’ailleurs à le remercier au passage, car cela m’a changé la vie. J’ai donc commencé à m’intéresser aux aliments sans gluten.

Toujours à l’affût des nouvelles tendances alimentaires et de nouveaux produits, j’ai découvert une nouvelle farine de qualité, Exior : l’association des ingrédients qui la composent en fait une bombe d’énergie pour performer.

Une composition savamment étudiée

Quand on pratique le trail et qu’on fait des ultras, on  est toujours en quête d’aliments qui peuvent nous fournir suffisamment d’énergie et nous aider à lutter contre la fatigue en nous rendant endurants.

Deux années de recherches ont permis de mettre au point la farine Exior en sélectionnant des ingrédients bio et sans gluten : de la farine de patate douce transformée en Afrique, des farines de riz et de sarrasin bio d’origine française, du psyllium et de la poudre à lever bio.

En choisissant de tels ingrédients, la société a voulu préserver toutes les valeurs nutritionnelles saines et naturelles des ingrédients pour élaborer un produit de qualité.

Ainsi, en confectionnant les fameux pancakes avec la farine, on se régale en faisant du bien à son corps : apports en glucides, protéines, fibres, antioxydants, calcium et vitamines garantis !

Je vous invite à vous rendre sur le site pour en savoir plus : http://www.exior.fr

Santé, liberté et créativité

Ce qui m’a immédiatement séduite, c’est la possibilité d’adapter la préparation des pancakes à son régime alimentaire : végétarien, vegan, paléo.

Il suffit juste de changer certains ingrédients en fonction de ses choix : le lait de vache peut être remplacé par un lait végétal, les oeufs sont facultatifs, etc.

Chacun peut y trouver son compte, en modulant la recette de base !

ingrédients.jpg

J’ai utilisé les ingrédients ci-dessus pour réaliser une recette sucrée : la farine Exior ne contient pas de sucre ajouté ni de matière grasse, il est donc possible de réaliser également des recettes salées.

panckes sucrés.jpg

Il n’y a plus qu’à libérer les talents culinaires qui sommeillent en vous !

Épices, arômes divers, herbes, fromages, graines, tout est permis pour découvrir de nouvelles saveurs.

Bien sûr, pour faire de ces pancakes un atout santé, tout reste une question d’équilibre !

Bien-être et performance

L’absence de gluten dans la farine Exior permet d’éviter tous les désagréments digestifs que l’on peut rencontrer lors des compétitions.

Comme ils fournissent de l’énergie et un apport en vitamines et oligoéléments, ces pancakes sont parfaitement adaptés à nos besoins de sportifs :

  • Consommés en phase préparatoire quelques jours avant la compétition, ils permettent de constituer des réserves en glucides et autres nutriments indispensables pour affronter l’épreuve dans de bonnes conditions.
  • Pendant l’effort, ils ont deux atouts majeurs : ils ont un goût excellent et ils sont hyper nutritifs. Pas besoin en plus de se poser de questions quant à leur digestion puisqu’ils sont sans gluten !
  • Après la compétition, ils permettent de reconstituer les tissus musculaires grâce à leurs nombreux apports. Nous les avons testés avec une amie après un entraînement, pour accompagner une soupe : nous avons apprécié leur goût – j’avais élaboré une recette salée avec des graines bio de sésame, tournesol, lin et pavot – mais également l’effet de satiété que nous avons ressenti en les consommant.

version-salee

 

Mes impressions

J’aime particulièrement le goût prononcé de sarrasin de ces pancakes, certainement mon côté breton – j’ai vécu de nombreuses années en Bretagne et suis une grosse consommatrice de sarrasin – qui ressort.

Je les ai justement testés avec plusieurs personnes pour voir le ressenti de chacune : nous avons unanimement été séduits par leur texture et leur goût. Je dois toutefois avouer que j’ai une préférence pour les recettes salées.

Le deuxième point séduisant que je souhaite aborder est la facilité de réalisation de ces pancakes : ils se préparent très rapidement, en mélangeant tous les ingrédients.

J’avais un peu peur de la cuisson, n’ayant pas de poêle à pancakes, mais la texture de la pâte est telle qu’une simple poêle suffit.

Le prix de cette farine peut paraître un peu élevé à l’achat :20,80 euros les 500g avec les frais de port, 30;80 euros pour un kilo. Il faut néanmoins savoir qu’on peut faire une cinquantaine de pancakes avec un sachet de 500g et que la farine, conditionnée dans un sachet hermétique, se conserve très bien.

Je compte essayer ces pancakes lors de mon prochain trail long, afin de voir s’ils me conviennent vraiment dans l’effort.

Actuellement, Exior connaît un certain développement dans le Sud et propose des dégustations sur les stands de certains villages de courses : Trail des Drailles du Lançon, Cross des Sapeurs Pompiers, Trail de Bornes-les-Mimosas, etc.

La marque commence à s’implanter chez différents distributeurs.

Adopter une attitude healthy en utilisant cette farine, pour en plus améliorer ses performances, je dis tout de suite : « Oui ! »

Si vous habitez en région parisienne et que vous souhaitez, comme moi, découvrir cette farine, il faut la commander en ligne sur le site http://www.exior.fr

Si vous souhaitez réagir à cet article ou poser des questions, n’hésitez pas à laisser un commentaire sur ce blog ou sur ma page Facebook Beerunneuse.

#beerunneuse #trail #trailrunning #run #running #sport #fit #fitness #nutrition #healthy #bio #performance

QuiToque, une solution équilibrée pour les runners pressés

quitoque.JPG

Pas toujours facile de trouver du temps pour concilier notre vie professionnelle, notre vie de famille et notre passion !

Tiens, il me semble que j’ai d’ailleurs déjà écrit plusieurs fois cette phrase dans divers articles.

Si en plus on est une Beerunneuse et qu’on cherche à adopter un mode de vie sain et équilibré pour être bien dans sa vie, ou qu’on est un Beerunner en quête de performance…

La société QuiToque a trouvé une solution idéale pour nous aider à avoir une certaine hygiène de vie , tout en nous faisant gagner du temps.

Peut-être avez-vous d’ailleurs déjà aperçu le nom QuiToque entre deux émissions sur votre écran LED.

J’ai reçu la semaine dernière un panier livré à mon domicile que j’ai tout de suite voulu tester.

Vous avez certainement pu apercevoir certaines de mes réalisations sur ma page Facebook ou sur mon compte Instagram.

Je vous propose aujourd’hui de revenir sur cette expérience culinaire à la portée de tous…

Une société toquée

L’aventure QuiToque commence en 2014, lorsque Céline, Grégoire et Etienne se rendent compte qu’il est vraiment difficile d’éviter une certaine routine en cuisine, quand on a un agenda de ministre et que faire les courses relève d’un véritable marathon, alors qu’une Beerunneuse n’a qu’une envie : se dégager du temps pour véritablement en préparer un.

Il est plus facile de se jeter sur un plat congelé tout prêt bourré de conservateurs que de se mettre à cuisiner après une lourde journée de travail et un entraînement de fractionné en club.

Le trio a alors eu l’idée audacieuse de créer une société afin de prouver aux consommateurs qu’il était possible de bien manger, en réalisant des assiettes appétissantes en un laps de temps avec des produits de qualité.

L’équipe est toute trouvée :

  • Céline élabore des recettes variées, équilibrées et simples à réaliser – nous ne sommes pas tous des cordons bleus !
  • Étienne s’occupe des partenaires afin de constituer des paniers avec des produits frais et de qualité, issus de l’agriculture raisonnée et d’origine française, voire de l’agriculture biologique. Je vous conseille d’ailleurs d’aller voir sur le site l’histoire des herbes aromatiques de Mandar ou du pain bio de Nantes.
  • Grégoire gère quant à lui la partie commerciale.

QuiToque, mode d’emploi

produits quitoque.jpg

Comme il est agréable de se faire servir à domicile au lieu d’aller pousser un caddy dans une grande surface anonyme et de faire ensuite la queue aux caisses !

Vous recevez chez vous votre panier préparé spécialement pour vous avec amour, l’amour des produits !

Cerise sur le gâteau : vous choisissez le créneau horaire qui vous convient, partout en France. Que demander de plus ?

Plus besoin de se déplacer pour la sempiternelle corvée des courses ou d’attendre le week-end pour espérer acheter des produits sains, bio et de qualité sur le marché.

QuiToque a pensé à tout : la société s’adapte à vos habitudes alimentaires.

Pour le moment, trois types de paniers sont proposés pour élaborer quatre repas par semaine :

  • le classique à 59 euros, soit 7,38 euros par repas,
  • le végétarien à 57 euros, soit 7,12 euros par repas,
  • le famille avec 5 recettes à 109 euros, soit 4,36 euros par repas.

Votre panier est divisé en deux parties : les produits à date longue et les frais. Il n’y a plus qu’à se mettre à cuisiner.

produits frais quitoque.jpg

Mais pas de panique ! Un livret est à votre disposition pour vous faciliter la tâche : vous avez une photo du plat à réaliser, des ingrédients – au cas où vous ne les connaîtriez pas tous, le temps d’indication de préparation et de cuisson pour chaque plat, les quantités en fonction des personnes, et enfin la recette.

recette.jpg

Croyez-moi, il n’y a pas besoin de s’appeler Cyril Lignac – un des chefs que j’admire, comme beaucoup le savent !- pour réussir ses préparations. Tout est expliqué pas à pas, ainsi que certaines techniques culinaires.

Pour rappel, je vous glisse quelques photos de mes réalisations.

soupe topinambours.jpg

                                                                  Velouté d’hiver au pistou de persil plat

riz.jpg

                          Wok de légumes au gingembre et sauce soja

Mes impressions

J’ai particulièrement aimé cette nouvelle expérience et ai apprécié le confort et le gain de temps avec la livraison à domicile. Le créneau horaire a été respecté et les produits sont arrivés bien emballés et frais.

Je cuisine énormément, mais j’ai découvert de nouveaux produits que je n’avais jamais eu l’occasion de préparer : les topinambours. Travailler avec des légumes de saison est intéressant et découvrir de nouvelles saveurs est une idée plutôt séduisante.

Pendant cette semaine de test, j’ai eu l’impression d’être un véritable petit chef : je cuisine des choses très simples en semaine, comme je n’ai pas toujours le temps de tout gérer dans mon planning. Les délais de cuisson et de préparation sont fiables. Avec un peu d’organisation, on a l’impression de manger comme au restaurant tous les jours !

Les plats sont généreux et gourmands, personne n’a quitté la table en ayant faim !

Deviendrais-je à mon tour toquée ?

Un gros atout : l’abonnement est sans engagement et se gère très facilement. Vous pouvez ainsi le suspendre si vous partez en vacances ou le résilier à tout moment.

Je vois néanmoins un point qui pourrait être amélioré : il serait intéressant d’avoir des idées de menus pour les repas de la semaine qui ne sont pas prévus, afin d’équilibrer notre alimentation. Mais je dis peut-être aussi cela car je me suis vraiment prise au jeu : cette expérience m’a redonné envie de cuisiner des mets raffinés pour tous les repas.

Le bilan est donc très positif.

Un cadeau pour les Beerunneuses

Si vous aussi vous avez envie de tenter cette expérience culinaire fort sympathique, j’ai un petit cadeau pour vous qui risque de vous plaire :

avec le code promotionnel suivant BEERUN40 vous bénéficierez de 20 euros offerts sur vos deux premiers paniers QuiToque.

Elle n’est pas belle la vie ? Alors vite à vos claviers, il n’y a plus qu’à commander.

https://www.quitoque.fr/

Si vous commandez un panier, n’hésitez pas à me faire part de vos retours.

gnocchis.jpg

                                          Gnocchis aux brocolis et à la sauce Alfredo

Pour vos remarques, commentaires ou questions, n’hésitez pas à laisser des messages sur le blog ou sur ma page Facebook Beerunneuse.

#beerunneuse #trail #trailrunning #run #running #runners #runaddict #sport #fit #fitness #training #nutrition #dietetique #alimentation #quitoque